Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Des détenus créateurs de jardins générateurs de lien social : les Jardins du Lien

Pascale THYS

07 / 2009

FICHE PROJET

CONTEXTE

Le quartier de Belencontre à Tourcoing. 5 tours de 12 étages, 700 logements sociaux.

ORIGINES DU PROJET

Tourcoing, quartier de Belencontre, un terrain en friche de 3.000m2 (très fréquenté par des toxicomanes). Projet du centre socioculturel de Belencontre de Tourcoing : recréer une image correcte du quartier et générer du lien social, des liens intergénérationnel et interethnique, via l’implantation de jardins. Ce projet s’inscrit dans la mouvance des jardins de cocagne - jardins collectifs où travaillent des hommes et des femmes en situation précaire, qui, avec un encadrement cultivent des légumes distribués aux adhérents du jardin et des jardins en bas d’immeubles qui ont comme fonction d’être un prolongement de l’appartement, de faire sortir les gens, de recréer des liens et de fournir une aide à la subsistance.

La projet a été lancé en avril 2000 et fut conçu en 2001. Il est appelé : « Les Jardins du Lien ».

OBJECTIFS DU PROJET

La création de jardins créateurs de liens sociaux dans le quartier, générateurs de liens intergénérationnels et interethniques.

Faciliter la réinsertion des détenus via une formation qualifiante.

Objectif de la municipalité : prévention de la récidive et insertion des Rmistes du quartier (double insertion).

POPULATION CONCERNEE

9 détenus en formation qualifiante

Les habitants du quartier, la population logeant dans les tours d’habitations sociales.

MONTAGE FINANCIER

La municipalité à mis un terrain à disposition et a financé l’aménagement paysager.

La Fondation de France a financé :

le matériel informatique (PAO et CAO) du centre de détention

le projet d’achat de petit matériel

Le Conseil Général dans le cadre de l’accompagnement de Rmistes (un animateur assure l’encadrement technique)

MONTAGE LEGAL

Une convention a été signée avec l’association des Amis de Belencontre pour la mise à disposition du terrain et sa gestion.

Les Amis sont l’employeur du technicien via le Centre.

PARTENAIRES DU PROJET

Le Centre de détention régional de Loos-lès-Lille (Nord Pas-de-Calais/France)

Les habitants du quartier via le conseil de quartier (politique) et le comité de quartier ou des usagers adhérents du centre (associatif)

L’association Appel d’aire (initiation de chantiers école avec détenus - promotion du design à caractère social et culturel)

La Municipalité – direction de la concertation et de la prévention qui a assuré le lien entre Appel d’aire et le Centre

DEROULEMENT DU PROJET

Neuf détenus en formation qualifiante (CAP de métallerie) ont aménagé le terrain en friche et ce d’après photos. La coordination du chantier-école était assurée par l’association Appel d’aire pour l’aspect formation et par le Centre pour l’aspect chantier.

La conception des plans des jardins (8 parcelles) fut réalisée par ordinateur et la réalisation du mobilier en métal (grille et abri de jardin) a été effectuée par les détenus en formation. Un parc avait déjà été réalisé de la même façon dans la ville (Parc du Moulin Tonton).

Les détenus ont proposé plusieurs maquettes. Ils ont proposé, notamment d’implanter un système de récupération de l’eau de pluie, un système de compost, un aménagement convivial pour permettre les rencontres, des parcelles pour des cultures thématiques (aromates, légumes anciens, …).

La disposition est celle des jardins en carré d’1m sur 1m – en réponse au « comment faire vivre beaucoup de personnes sur peu de terrain ». 5 carrés peuvent faire vivre une famille.

Les jardins sont destinés aux différents publics du quartier (écoliers, jardiniers néophytes, …).

 

Le terrain est divisé en 2 parties qui allient l’individuel et le collectif:

Une partie est destinée aux parcelles nominatives. La location des parcelles se fait sur base d’un contrat et est gratuite. Il faut respecter le règlement intérieur et adhérer au Centre (50FF-300FB-responsabilité civile).

L’autre partie qui n’est affectée à personne en particulier est destinée aux jardins communautaires. Le Centre le gère pour la collectivité. Par exemple : un groupe de femmes du Centre y cultivent des fleurs ; des adultes sans travail retrouvent une utilité sociale en aidant des écoliers à cultiver leur parcelle.

Fiche reproductibilité

ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE

Un partenariat entre divers acteurs publics et privés a permis à un public exclu (des détenus) de répondre à une demande d’un quartier défavorisé (aménagement d’une friche insécurisante dans un quartier de tours d’habitations sociales). L’aménagement réalisé est durable et créateur de lien social entre les habitants du quartier.

EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique

Il n’existe pas de partenariat de ce type en Région wallonne. Par contre il y a de nombreuses ressources et des expériences qui sont menées séparément au niveau des jardins et des prisons.

JARDINS

Diverses expériences d’utilisation du maraîchage comme outil d’insertion socioprofessionnelle existent à l’initiative de certains CPAS -comme ceux de Namur (projet maraîchage comme outil d’insertion) et de Liège (voir ci-après), par exemple-, d’autres pouvoirs publics ou encore de privés. La Ligue des Coins de Terre et des Jardins Familiaux, créée en 1896, est le plus ancien acteur en matière d’insertion par l’horticulture. Ses principaux objectifs étaient, entre autres, de permettre aux ouvriers et aux famille de « changer d’air », de lutter contre l’alcoolisme, apporter un complément alimentaire, …

Le CPAS de Liège, via la ferme de la Vache a créé : un jardin collectif qui permet la redynamisation et la resocialisation de personnes par le travail de la terre et le développement communautaire du quartier; des jardins familiaux pour personnes à revenus modestes ; et diverses activités comme des table d’hôtes, des ateliers cuisine.

S’inspirant des Jardins de Cocagne français, le CPAS de la Louvière projette de créer un jardin d’insertion sur le site du domaine des étangs de Strépy. L’objectif du projet est de « combiner l’insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté, la protection de l’environnement, le développement local à travers une économie solidaire et responsable ». Il s’agit de créer une Entreprise de Formation par le Travail (EFT), indépendante du CPAS, qui offrira, aux bénéficiaires du minimex et de l’aide sociale, une formation pratique et théorique à la culture et à l’élevage biologique. Un système de parrainage sera organisé, de même que l’accompagnement social sera pris en charge par le CPAS.

Des collaborations seront établies avec les producteurs locaux et les éleveurs. Dans un premier temps les légumes récoltés seront vendus par panier d’abonnement : les adhérents (personnes qui versent une cotisation) recevront chaque semaine un assortiment de légumes de saison. Les légumes seront gratuit pour les personnes en formation. Ce système est déjà bien développé aux Pays Bas et en Flandre. Le projet devrait se développer sous différentes formes : diversification des légumes et herbes, vente sur le marché, élevage de petits animaux, hébergement, ferme pédagogique.

Dans la même commune, des femmes de la Cité jardin de Saint-Vaast cultivent leurs légumes sur un terrain mis à leur disposition par la ville (dans le cadre du Plan Social Intégré). L’atelier menuiserie du Forem a réalisé les abris. Cette expérience crée des échanges interculturels, intergénérationnnels, …

La Cellule Parcs & Jardins de la Province de Namur soutient et initie divers projets, notamment : de colloque (comme celui sur « Les jardins de la solidarités » en 1999); de jardins d’école ; d’expositions ; de réhabilitation, d’embellissement et de fleurissement au sein des communes (38 communes y ont participé en 2000) ; d’actions d’habitants (projet Quartier de Vie du quartier des Balances).

Dans le cadre des jardin de maraîchage et d’insertion , la Cellule projette de :

organiser des formations très ciblées répondant aux demandes des personnes travaillant aux projets d’insertion par le maraîchage ;

créer un réseau des acteurs de jardins de maraîchage et d’insertion.

La Cellule a recensé près d’une dizaine de projets de jardins de maraîchage et d’insertion dans la Province de Namur.

PRISONS

Des formations sont organisées à l’intention des personnes détenues. Comme par exemple des formations en bâtiment (prison de Jamioulx), en horticulture (prison de Marneffe), mécanique auto (prison de Verviers), maçonnerie (prison de Lantin). Les formations sont dispensées par différents opérateurs comme, par exemple, la promotion sociale, l’aide sociale aux justiciables, Lire et Ecrire, …Les différents organismes qui dispensent les formations sont regroupés au sein de la FAFEP - Fédération des Associations de Formation et d’Education permanente en Prison. Celle-ci édite une brochure qui présente les opérateurs et l’offre des formations disponibles par prison. De bonnes formations sont dispensées, mais l’offre est maigre.

Les organismes qui organisent des activités de formation en prison doivent faire face à quelques problèmes dus, entre autres : au problème de surpopulation (en 2000 : 8500 personnes étaient incarcérées alors que la capacité globale était de 7.502 places ) ; aux transferts entre prisons ; au manque de ressources humaines, de moyens financiers ; à certaines autorités pénitentiaires qui ont peur de s’ouvrir à l’extérieur ; aux différences de statuts (par exemple : les détenus qui ne peuvent pas du tout sortir) ;…

Pour Alain Harford de l’OED, n’y a pas de réelle politique de réinsertion où les prisonniers puissent dès le début de leur incarcération suivre un parcours d’insertion. Alors qu’il est possible de donner un maximum de chances de réinsertion qu’en créant un maximum de ponts qui atténuent progressivement la coupure qui existe entre prison et société.

Créée en 1998, l’Organisation pour l’emploi des délinquants (OED) est un réseau qui soutient et suscite toute initiative qui peut permettre de développer de meilleures perspectives de formation/emploi pour les (ex)-délinquants et, ainsi, diminuer la délinquance individuelle et la criminalité dans son ensemble. Il est composé d’une 100e d’experts issus de tous les secteurs (agence conseil en économie, employeurs, avocat, services d’aide sociale, …).

L’OED effectue, notamment : un travail de lobbying pour influencer les législations en matière d’insertion sociale et professionnelle et apport assistance et expertise ; elle assiste les associations qui s’occupent de programme d’insertion; élabore des stratégies pour que les employeurs engagent des ex-détenus .

L’OED cherche, en collaboration avec la région wallonne, des agences conseils (Agence conseil 2001), l’administration pénitentiaire, de nombreux partenaires économiques et sociaux, … à relever le défi de réinsérer efficacement les (ex)délinquants grâce à la création, en milieu pénitentiaire de structure d’économie sociale.

Par exemple, l’OED collabore à un projet pilote d’économie sociale en partenariat, entre autres, avec le centre de détention de Saint Hubert, l’administration pénitentiaire, le Forem, le FSE, l’asbl Défi et Valbois RN et en concertation avec les marchands de bois locaux. Il s’agit d’un projet en deux volets. Le premier est la mise sur pied d’une Entreprise de Formation par le Travail qui organisera des formations en sylviculture et en bûcheronage. Concernant le deuxième il s’agit d’une entreprise d’économie sociale de découpe du petit bois (le travail du petits bois n’étant pas rentable pour les exploitants) pour le transformer en divers matériaux comme, par exemple, en tuteurs de jardins. Les salaires proposés correspondront aux conventions paritaires du secteur. Le personnel sera partie prenante dans le projet puisqu’il est proposé de s’appuyer sur leurs compétences et leur savoir faire en la matière.

ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE

Apparemment tous les éléments pour se servir des idées développées par l’expérience française sont disponibles en Région wallonne . Il y a des opérateurs de formations de détenus, des expériences de jardins d’insertion, des habitants de cités prêts à développer des projets, des possibilités de financement pour ce genre de projet.

Quelques pistes de financement, d’information, …

FORMATION DES DETENUS

Une recommandation adoptée par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe, en 1989, stipule que « tous les détenus doivent avoir accès à l’éducation, qui devrait englober l’instruction de base, la formation professionnelle, les activités créatrices et culturelles, l’éducation physique et les sports, l’éducation sociale et la possibilité de fréquenter une bibliothèque ; (…) il faudrait mettre en place des programmes de perfectionnement pour assurer que les éducateurs des prisons adoptent des méthodes d’éducation appropriées aux adultes ».

Les détenus sont reconnus comme un des groupes cibles qui peuvent bénéficier des budgets européens (FSE, Leonardo, …). Par exemple, un des volets du PIC (Programme d’Initiative Communautaire) Emploi, porte sur l’insertion socioprofessionnelle de publics vulnérables ou exclus du marché du travail ou qui risquent de l’être et il finance certains projets. Ce programme a permis, par exemple, l’engagement d’une coordinatrice et de deux assistantes sociales pour encadrer les formations à la prison de Lantin. Ou encore le projet Avanti del’ORS (Office de réadaptation sociale) qui a établi un partenariat avec la Chambre syndicale et interprofessionnelle de la construction .

Un travail de comparaison des programmes de réinsertion des détenus dans les pays de l’Union européenne a été effectué par le Forum européen pour l’emploi des délinquants (le FEED s’est créé en 1993). Cela a permis de repérer les bonnes pratiques en la matière, de les modéliser et d’encourager à la création de réseaux d’acteurs (comme, par exemple, l’OED) pour relayer le travail réalisé au niveau européen et travailler au développement des législations, politiques et programmes au niveau national et régional.

Le travail de l’OED, notamment en matière de recherche sur l’économie sociale. La conception des projets s’articule autour de trois axes : un dispositif de formation au travail (EFT, OISP, …) ; une structure à finalité sociale (SFS) ; les structures de guidance psycho-sociale.

En 1996, le ministre de la Justice belge, de l’époque, a souligné l’importance des formations professionnelles, notamment, comme préparation à la réintégration.

Au niveau des compétences : la gestion des prisons est de compétence fédérale et les dispositifs de réinsertion de compétence régionale et communautaire. La Région s’occupe de l’aide aux victimes et aux délinquants qui ne sont plus détenus et la Communauté française a la tutelle sur les ASJ (Aide sociale aux justiciables ) dans le cadre de leur intervention en milieu carcéral.

Le système des peines alternatives pour les jeunes de 14 à 19 ans qui donnent la possibilité aux jeunes d’effectuer une peine alternative dans des établissements comme, par exemple dans les maisons de retraites, sociétés de logements sociaux et le travail d’intérêt public (organisé par une loi de 1994) qui permet d’effectuer un travail d’intérêt public ou de suivre une formation en remplacement d’une détention.

Le Plan de Développement Rural de la Région wallonne soutien la formation professionnelle agricole et sylvicole pour permettre aux exploitants d’acquérir des compétences nécessaires (par exemple dans le cas du projet à la prison de Saint-Hubert).

Diverses fondations comme par exemple la Fondation Levi Strauss&Co, la Fondation Roi Baudouin, et quelques firmes privées, soutiennent des projets en matière de lutte contre l’exclusion.

JARDINS

En 1994, la Fondation Roi Baudouin a initié le projet « La nature a le doit de cité » dans le cadre du programme « Cadre de vie » afin de développer la nature dans et aux abords des cités d’habitations sociales. Une des conditions étaient la création d’un partenariat regroupant les habitants, les sociétés de logement, les communes, les association d’environnement et les Régies de quartier. Ou encore dans le cadre du programme Quartier de Vie.

Au niveau de Région wallonne, la Rénovation rurale subsidie la création et l’aménagement d’espaces verts et de plantations, ou encore via la DG des ressources naturelles et de l’environnement.

Au niveau des habitations sociales, voir du côté de la Société Wallonne du Logement, des Régies de Quartier et de Sociétés de logement de service public.

De nombreuses réformations et formations diverses en horticulture, maraîchage,…existent, notamment via des association comme le CRABE (agriculture biologique et maraîchage) en Brabant wallon et les Centre Régionaux, d’Initiation à l’Environnement.

Il est possible de conclure des baux avec la SNCB pour occuper les terrains le long des chemins de fer, ou encore avec d’autres acteurs privés ou publics pour occuper des terrains non inutilisés.

Palavras-chave

luta contra a exclusão, inovação social, vinculo social, prisão, inserção profissional, formação, inserção social


, Franca, Tourcoing

dossiê

Innovation sociale en matière de lutte contre l’exclusion sociale via le logement et l’insertion socio-professionnelle

Comentários

QUELQUES REFERENCES ET ADRESSES UTILES

Sur les Jardins du Liens :

Nesma Kharbache, Quand les détenus prennent l’aire, dans Comme la ville n°3, Fév2001, DIV, France, p.7

réseau chti

FRANCE ORGANISMES

Formation de détenus

Appel d’aire – 15 rue d’Aboukir – 75002 Paris – France – Tél. : 00.33.1.44.76.08.76

Réseau Cocagne

Réseau Cocagne (regroupe les Jardins et autres structures – organise des formations – création de jardins – promotion du concept)) - Chemin des Verjoulots, 9 – 25000 Besançon – France - Tél. : 00.33.3.81212110 - Fax : 00.33.3.81474258 - e-mail : JG Henckel (Jean-Guy Henckel, directeur du réseau) - réseau cocagne - site : réseau cocagne

Sur les jardins familiaux en pied d’immeuble (dans quartier d’habitat social en difficulté) et les jardins collectifs d’insertion

Les Jardins d’Aujourdhui - Rue Louis Pasteur, 24 – 33220 Ste Foy la Grande – France - Tél. : 00.33.5.57460437 - e-mail : les jardins d’aujourd’hui

Les jardins des Restos du cœur - Restos du cœur - Rue d’Athènes – 75009 Paris – France - Tél. : 00.33.1.53322320 - Fax : 00.33.1.53322325

Le jardin dans tous ses états (réseau des associations qui promeuvent le jardinage à vocation sociale) – site : le jardin dans tous ses états

Divers

Guide méthodologique, Jardinage et développement social : du bon usage du jardinage comme outil d’insertion sociale et de prévention de l’exclusion sur jardinons ou pro nord net

E.Predine, Jardins ouvriers : l’art et la manière, Flammarion, 1998

BELGIQUE

Jardins

Ligue des coins de terre – rue de Huy, 40b – 43000 Waremme – Tél. : 019322393

Ligue des Coins de Terre Province de Liège – rue du Laveu, 307 – 4000 Liège – Tél. : 042521648

La ferme de la Vache du CPAS de Liège - Rue Pierreuse, 113-115 – 4000 Liège – Tél. : 04.2231196 - ferme de la vache

Ferme du Hayon – 6769 Sommethonne – Tél. : 063579080 – Fax : 063576433 – e-mail : ferme du Hayon

La Prairie – rue de la Vellerie, 121 – 7700 Mouscron – Tél/Fax : 056342044 – e-mail : la prairie

Bibliothèque René Péchère (art et histoire des jardins) – av.Brugman, 52-54 – 1190 Bruxelles – Tél. : 023464625 – Fax : 023464234 – e-mail : bvrp site : BVRP

Cellule Parcs et Jardins de la province de Namur – av.Reine Astrid, 22 – 5000 Namur – Tél/Fax: 081729707– site : Parcs et jardins

CPAS de La Louvière - Service insertion – Mr Jean Zanatta - Rue du Moulin, 54 – 7100 La Louvière - Tél. : 064885035 - e-mail : Jean Zanatta

Symbioses, le magazine du Réseau Idée – rue des Deux Eglises, 47 – 1000 Bruxelles – Tél. : 022869570 – Fax : 022869579 – e-mail : Réseau Idée

CRABE – Coopération, Recherche Animation pour le Brabant wallon de l’Est – rue Saint Médard, 4 – 1370 Jodoigne – Tél. : 010814050 – Fax : 010814346 – e-mail : [a]CRABE@village.uunet.be][CRABE]]

Liste des Centres Régionaux d’Initiation à l’Environnement :

Plateforme DGRNE

Vinciane Bauduin, Les jardins sociaux : du jardin ouvrier au jardin familial, Mémoire, ISI Huy-Gembloux, 2001

Détenus

FAFEP - Fédération des Associations de Formation et d’Education permanente en Prison (mission, entre autres, de promouvoir et de coordonner les activités de formation en prisons – rue Rioul, 22 – 4500 Huy – Tél. : 085214583

Aide et reclassement (entre autres, opérateur de formations)- Mr Jean Canart - Aide et reclassement

ADEPPI – Atelier D’Education Permanente pour Personnes Incarcérées (entre autres, opérateur de formations) – rue de l’Enseignement, 91 – 1000 Bruxelles – Tél. : 02.2234702 – Fax : 02.2234703 - e-mail : adeppi

Organisation pour l’emploi des délinquants (OED) - Alain Harford - Sentier Kleindal, 5 – 1630 Linkebeek – Tél. : 023809893

Alain Harford, La réinsertion professionnelle des (ex)délinquants en Europe et en Belgique, OED, janvier 1998

L’éducation de base dans les prisons, sous la direction de Peter Sutton, Nations Unies, 1994 – site : L’éducation de base dans les prisons

Network Against Social Exclusion/New Task : document sur la réintégration de ou d’ex détenus en Belgique

 

Textes et règlements

Plan de Développement Rural de la région wallonne, présentation

Décret de la Communauté française relatif à l’aide sociale aux détenus en vue de leur réinsertion sociale, voté le 17 juillet 2001 ( Cabinet de la ministre de l’aide à la jeunesse et de la santé de la communauté française, Nicole Maréchal – rue Belliard, 9-13 – 1040 Bruxelles – Tél. : 022133511)

Recommandation N R (89) 12 du Comité des ministres aux Etats membres sur l’éducation en prison adoptée par le Comité des ministres du conseil de l’Europe le 13 octobre 1989

Fonte

Entrevista

AUTEUR DE LA FICHE

Gérard Chaubiron, directeur du centre socioculturel de Belencontre

AUTEUR MORAL

Association des Amis de Belencontre (association loi 1901)

COORDONNEES UTILES

Centre socioculturel de Belencontre

Avenue Kennedy

F-59200 Tourcoing

Tel. : 00.33.3.20.37.91.65

Fax : 00.33.3.20.94.11.35

Habitat et Participation - Place des peintres 1/004, 1348 Louvain-La-Neuve, BELGIQUE - Tél. (32) 10 45 06 04 - Fax (32) 10 45 65 64 - Bélgica - www.habitat-participation.be - hep (@) tvcablenet.be

contacto mapa do site menções legais