Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

La situation des drogues en Mauritanie

11 / 1994

La position à cheval sur le Maghreb et l’Afrique noire de ce pays, ses frontières avec le Sénégal au sud, le Mali au sud-est, l’Algérie et le Maroc au nord, font que son territoire commence à être utilisé comme voie de transit alternative des drogues. La Mauritanie est également une étape entre l’Amérique du Sud et l’Espagne, via les Canaries, qui a commencé à être utilisée par les trafiquants de cocaïne. L’existence d’une diaspora très active de commerçants mauritaniens à travers le monde est également un des éléments qui favorise le trafic des substances illicites. D’autre part, les mesures de répression mises en place dans les pays voisins pourraient inciter les trafiquants à chercher de nouvelles routes, et cela d’autant plus que le processus de paix au Sahara occidental va ouvrir plus largement encore celle du nord.

De petites parcelles de cannabis, ou des plants dissimulés par d’autres cultures, ont été signalées à la Brigade des stupéfiants, dans le sud du pays, sur le périmètre irrigué par le barrage construit sur le fleuve Sénégal. Les trafiquants de marijuana qui opèrent dans le pays sont en nombre très restreint. Une dizaine à Nouakchott, quelques-uns à Nouadhibou ou dans le reste du pays. Ce sont des gens qui ont leur entrée dans les services de police, des douanes, etc. La plupart de ceux qui sont arrêtés par d’autres services que la Brigade des stupéfiants n’ont aucune peine à acheter leur liberté. On a vu d’anciens policiers se reconvertir dans le trafic et même un gendarme, dont personne n’ignore les activités. Des informations en provenance de la ville de Rosso, à la frontière du Sénégal, indiquent que douaniers et policiers revendent la marihuana saisie. Le rapport du département d’Etat américain pour l992 va plus loin lorsqu’il indique : "Des rumeurs font état de l’implication de fonctionnaires de haut niveau dans le trafic"

En ce qui concerne la cocaïne, il semble que des trafiquants aient commencé à utiliser la Mauritanie comme voie de transit alternative. La drogue vient part bateau du Brésil, transite par le port de Nouadhibou avant de repartir pour l’Espagne ou la France. Les liaisons aériennes sont également utilisées. En janvier 1992, une affaire a attiré l’attention de la police : un Mauritanien est allé acheter quatre kilos de cocaïne au Brésil. Il les a expédiés par fret aérien, dissimulés dans un réfrigérateur. C’est au cours du transit à Paris que la drogue a été détectée. Avertis par leurs collègues français, les policiers mauritaniens ont arrêté le trafiquant au moment où il allait prendre livraison de la marchandise à Nouakchott. 500 grammes de cocaïne ont été également saisis en janvier l993. La proximité de la Mauritanie avec les Canaries - il existe trois rotations par semaine pour le trafic des voyageurs - et donc de l’Espagne, rend ce pays intéressant aux yeux des trafiquants latino-américains. Las Palmas est une base de ravitaillement pour les bateaux de pêche qui peut être utilisée par les réseaux de trafiquants. Il existe également des liaisons maritimes entre la Mauritanie et la France, en particulier via le port de Rouen. Aucun dispositif de contrôle vraiment efficace n’ayant encore mis en place, il est probable que le trafic est plus important que ne le suggèrent les saisies effectuées jusqu’ici.

L’héroïne saisie est du "brown sugar" (n°3)en provenance du sud-ouest asiatique. Des passeurs nigérians ou ghanéens en transit ont été arrêtés à l’aéroport. Des Ivoiriennes et des Béninoises, en provenance d’Abidjan ou de Cotonou avaient également dissimulés de petites quantités de drogues dans leurs parties intimes. 58 g d’héroïne ont été saisis en l992.

Bien que la Mauritanie soit un pays très pauvre, les activités de son système bancaire pourraient permettre du blanchiment. D’une part, les banques reçoivent des dépôts d’argent de la part des commerçants mauritaniens qui exercent leurs activités dans le monde entier, d’autre part, elles collectent l’épargne des travailleurs immigrés, en particulier de ceux qui vivent dans les paysdu Golfe. Quelques cas d’enrichissement non expliqué ont pu être observés. C’est pour faire face à cette situation que la nouvelle loi sur les drogues à l’article 6 du chapitre 2, demande aux banques de signaler les opérations suspectes. Il est prévu des peines d’emprisonnement pour les banquiers qui se seraient prêtés en toute connaissance de cause à ces opérations.

Palavras-chave

agricultura ilícita, cannabis, tráfico de drogas, cocaína, corrupção, heroína, droga, produção de droga


, Mauritânia

Notas

Les sources d’information de cette fiche sont confidentielles et non communicables.

Fonte

Inquérito

OGD=OBSERVATOIRE GEOPOLITIQUE DES DROGUES

OGD (Observatoire Géopolitique des Drogues) - Franca

contacto mapa do site menções legais