Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Des solutions individuelles aux réalisations collectives

Les expériences du Comité d’Etudes et de Propositions pour le développement des activités paysannes -CEP-

Pierre Yves GUIHENEUF

06 / 1993

Les agriculteurs "hors-normes" ne sont pas seulement des débrouillards ayant des pratiques individualistes. Le CEP (Comité d’Etudes et de Propositions pour le développement des activités paysannes), créé par des animateurs de Peuple et Culture et des agriculteurs de l’Isère, a à son actif de belles réalisations collectives. Cet article en signale quelques unes, de 1979 à 1984.

Le CEP est né d’une volonté commune de ses fondateurs de fournir des solutions pour l’installation de jeunes en zones difficiles. Pour cela, le CEP a décidé - non pas de fournir aux agriculteurs une aide technique renforcée - mais d’aider les agriculteurs à prendre leurs affaires en main et à chercher eux-mêmes une solution à leurs problèmes : c’est le projet Paysan Animateur, soutenu grâce à des financements publics (européen, national, départemental). Les animateurs de Peuple et Culture se chargent de mettre en relation les agriculteurs avec des personnes susceptibles de les aider. De multiples projets ont été menés à bien : création d’un petit abattoir et vente directe de viande, accueil de scolaires, ouverture d’une boulangerie coopérative, collecte et expérimentation de variétés végétales rares adaptés à la montagne, etc... Trois d’entre eux permettent de mieux illustrer la démarche du CEP.

Le premier projet est celui d’un groupe d’éleveurs mal à l’aise dans leur relation avec les vétérinaires : ceux-ci sont chers, et l’agriculteur se sent dépossédé de son savoir sur la santé animale. Un petit groupe d’agriculteurs, un vétérinaire et un animateur parlent longuement du problème, et font le tour des expériences mutualistes dans ce domaine en France. Ce groupe réalise alors un travail de sensibilisation auprès d’autres agriculteurs avec une proposition précise inspirée d’expériences en cours. Un groupement est alors créé regroupant 38 éleveurs. Un an plus tard, il compte plus d’une centaine d’adhésions. Des vétérinaires sont salariés par le groupement, et rémunérés par des cotisations annuelles qui sont calculées en fonction de la taille du troupeau de chacun.

Le second projet a longtemps été le porte-drapeau du CEP : c’est l’opération Yéti. Le CEP se posait la question de l’adaptation du matériel agricole aux agriculteurs de montagne. Prenant contact avec un bureau d’études spécialisé dans les technologies appropriées, le CEP entame l’expérimentation d’un tracteur à chenilles "passe-partout", appelé yéti. Trois prototypes successifs sont nécessaires à l’aboutissement d’un modèle commercialisable. L’aventure mobilise des financements conséquents et des acteurs divers : ingénieurs, artisans-agriculteurs, collectivités locales... Une entreprise est créée : Yéti-construction, qui mettra également au point un engin articulé à chenille, appelé Mouflon. Cette démarche sera l’occasion de réflexions importantes sur les rapports de l’homme avec la machine, de l’agriculture avec le développement rural, des concepteurs avec les utilisateurs, etc...

Le troisième projet est la création du CEP de Savoie, suite à des visites d’agriculteurs du CEP-Isère dans le département voisin. Ce CEP travaille spécialement autour de :

- la vente directe et la valorisation des produits

- la meilleure gestion de l’état sanitaire des troupeaux,

- le développement de la traction animale.

D’autres CEP se sont également créés dans les Hautes-Alpes, l’Ardèche, l’Ariège, la Drôme... Leurs points communs : se réunir sur des bases non-corporatistes, expérimenter pour trouver des solutions, agir sans attendre des solutions-miracles de la CEE ou de l’Etat. Une ébauche de réseau national fort de ses succès et qui (en 1984)envisage une recherche scientifique sur les alternatives au modèle productiviste, échange ses expériences et désire formuler des propositions de portée générale susceptibles de provoquer de réelles transformations de l’agriculture française.

Palavras-chave

inovação técnica, agricultura, técnico e camponês, tecnologia apropriada, criação, agricultura sustentável, pesquisa camponesa, desenvolvimento rural, inovação


, Franca

Fonte

Livro

LEMONNIER, Jean, La Pensée Sauvage in. Les Agricultures différentes, 1984 (France)

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - Franca - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contacto mapa do site menções legais