Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Le dragon de Tawal

Une journée dans les camps de réfugiés sahraouis : un conte pour enfants

Pierre Yves GUIHENEUF

04 / 1996

Tawal a neuf ans. Il vit sous la tente près de Tindouf, en Algérie. Son père Lamine et sa mère Nouara étaient nomades mais leur course s’est arrêtée dans ce désert où ils n’ont plus leurs troupeaux de chèvres et de chameaux. Tawal est né dans ce camp de réfugiés car son pays, le Sahara occidental colonisé par l’Espagne jusqu’en 1975, est occupé depuis lors par le Maroc. Les camps se trouvent en Algérie, à la frontière d’un pays que les enfants n’ont jamais vu.

Tous les matins, lorsqu’il se réveille, Tawal se sépare avec peine de son ami le dragon d’or qui le guide chaque nuit dans une forêt merveilleuse et protège les enfants sarhaouis des dangers de la guerre. Puis, après une toilette rapide et un verre de lait reconstitué, il rejoint le cortège bruyant qui se dirige vers l’école. Là Tawal dessine son dragon, celui qu’il rêve d’entrevoir une nuit, pour de vrai, derrière les très vieux arbres du Sahara.

Comme il n’y a pas de livre, l’institutrice utilise le tableau et les enfants doivent tout retenir par coeur. Pour qu’ils n’oublient pas leur pays, on leur parle de l’Océan Atlantique qui longe le désert, des oasis où s’arrêtaient les nomades, de l’histoire de leur peuple. Les enfants apprennent aussi les règles de vie sahraouies : il faut être courageux pour affronter les dangers du désert et hospitalier envers l’étranger.

Une fois la classe terminée, Tawal court apprendre ses leçon avec son copain Zenabou, puis va chercher de l’eau au puits. Lorsque le sable ne brûle plus les pieds nus, il sort jouer avec les autres enfants. Plus tard, il regagne sa tente pour y retrouver sa mère et sa soeur. Son père, comme tous les hommes du camp, est soldat et ne revient que rarement dans le camp. Beaucoup des amis de Tawal n’ont même plus la chance d’avoir leur père en vie.

Palavras-chave

criança, artes gráficas, pessoa exilada, refugiado, povo sem Estado, deserto, vítima de guerra, desenvolvimento cultural


, Sara Ocidental, Argélia

Comentários

L’émouvant récit d’une journée comme une autre dans un camp de réfugiés, racontée aux enfants et illustrée par des peintures de petits Sahraouis, réalisées lors d’un atelier organisé par le peintre Jean-Pierre Demeaux. Les artistes, Tawal, Selamba, Sidi, Ahmed, Mariem et les autres, sont âgés de 8 à 12 ans. Ce livre existe également en arabe, en allemand, en anglais et en espagnol.

Fonte

Livro

PERREGAUX, Christiane, DEMEAUX, Jean Pierre, Tawal, Selamba, Amada et al., Le dragon de Tawal. Une journée dans les camps de réfugiés Sahraouis, Couleur sable, 1994 (France)

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - Franca - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contacto mapa do site menções legais