Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Passer une frontière expose au racket des hommes de loi

La désillusion d’un jeune Malien qui croyait en la libre circulation des personnes et des biens dans la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest

Pape Mamadou BA, Ousmane KONARE

04 / 2001

’A l’école on m’avait parlé de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). On nous avait expliqué que cette organisation communautaire traduisait la volonté de nos Etats de construire un ensemble dans lequel les populations des pays membres pourraient circuler librement avec leurs biens.

En 1981, je décidais de quitter mon Mali natal pour me rendre à Tengrèla en Côte d’Ivoire. J’étais en compagnie de trente-six autres passagers dans un car. Pour franchir la frontière, les gendarmes nous ont obligés à payer chacun 500FCFA alors même que nous étions en règle. Toutes les pièces exigées avaient été fournies. Alors que je m’inquiétais de cette pratique, un gendarme me lança : "même avec toutes tes pièces (carte d’identité, de vaccination, passeport)et la photo de Moussa TRAORE (président du mali à l’époque), tu ne passeras pas sans verser 500FCFA". Je lui ai demandé si la Côte d’Ivoire n’était pas membre de la CEDEAO. Le gendarme me répondit par l’affirmative mais rajouta aussitôt que la CEDEAO a été créée par les personnes mais que la CEDEAO ne pourra pas les empêcher de prendre les 500FCFA.

Arrivé en Côte d’Ivoire, j’ai pu trouver un travail comme berger. Mon employeur m’avait offert l’hospitalité et donc était aussi mon tuteur. Il me traitait avec soin et respect et dût même consentir une augmentation de salaire. Il m’expliquait que lui aussi avait des parents au Mali. Je fus donc accepté sans grande difficulté.

Après un mois passé à Tengrèla je décidai de partir à Deneni, toujours à l’intérieur de la Côte d’Ivoire.

A la sortie de Tengrèla aussi les gendarmes nous réclamèrent encore 500FCFA alors qu’il n’y a pas de frontières entre Tengrèla et Deneni. J’étais d’autant plus surpris que nous étions toujours à l’intérieur du territoire ivoirien.

A partir de ce moment, j’ai compris qu’il y avait un écart entre la façon dont on nous présentait les institutions communautaires et la réalité du terrain. Je ne me faisais plus aucune illusion sur le chemin du retour vers le Mali.

Effectivement, à la frontière, les forces de l’ordre nous demandèrent de déclarer la somme d’argent détenue par-devers nous. Après la déclaration, on nous fouilla systématiquement. S’ils se rendaient compte que la somme déclarée était en deçà de la somme réellement détenue, ils te confisquaient le reliquat sans autre forme de procès. Quelle que soit la somme détenue par ailleurs, ils te soutiraient un pourcentage. Les objets de valeur étaient confisqués. Seuls les chauffeurs des véhicules étaient épargnés. La solution était alors de leur confier les biens et l’argent pendant le voyage.’

Palavras-chave

integração regional, imigração, corrupção


, Mali, Costa do Marfim

Comentários

Traverser une frontière reste encore un casse-tête même au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)du fait de la présence, aux points de passage, des forces de l’ordre. En effet, les agents de l’Etat s’y adonnent à un racket sans nom sur les voyageurs, décevant ainsi tous les rêves d’intégration.

C’est dire qu’au sein même de l’Etat, il y a une réelle contradiction entre les plus hautes autorités qui définissent les politiques et les agents subalternes qui les exécutent.

Le constat est simple et général, les agents de l’Etat qui sont mis aux frontières sont les premiers obstacles à l’intégration africaine. Ils violent et défient la réglementation communautaire. Ils sont d’autant plus à l’aise et disposés à aller loin, toujours plus loin, que leurs exactions sont impunies.

Pour un pauvre petit voyageur comme Ousmane, la désillusion est amère et le réveil brutal. Et deux questions fondamentales demeurent : à qui se plaindre ? Qu’adviendrait-il de cette plainte ?

Ces questions sont d’autant plus pertinentes que la frontière est par définition une zone de non-droit en Afrique.

Notas

Ousmane KONARE est un jeune travailleur malien de Diaobé - village sénégalais de la région de Kolda recevant un marché hebdomadaire sous-régional.

Fonte

Relato de experiencias

Programme gouvernance - Sénégal - Quartier Arafat 2 n° 817 Rufisque BP 231 SENEGAL- Tél. 644 38 40 - - Senegal - falilou (@) sentoo.sn

contacto mapa do site menções legais