Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Une action accompagnée et financée dans le cadre du dispositif Initiatives et citoyenneté de la mission locale d’Aulnay-sous-Bois

Irène GEGOUT

07 / 2001

Plusieurs mères de famille de la cité "la Rose des vents" d’Aulnay-sous-Bois ont souhaité, afin de créer un espace de rencontre et de dialogue, organiser un grand pique-nique et y inviter les enfants et adolescents du quartier, ainsi que leurs parents. Une demande a été adressée au fonds Initiatives et citoyenneté pour acheter du petit matériel (gobelets, assiettes, papier, stylos, etc.), les femmes se chargeant de confectionner le pique-nique. Fortes de la réussite de cette journée qui a permis des échanges sur divers sujets, les femmes à l’initiative du pique-nique ont décidé de réitérer l’expérience et ont donc de nouveau fait appel au fonds. Les 1 300 francs qui leur ont été attribués ont servi à l’achat des fournitures et des denrées. Puis, d’autres pique-niques ont suivi.

Comme la démarche d’accompagnement du Phare pose l’obligation pour les porteurs de projet de faire un bilan de l’action réalisée, le groupe de femmes est venu raconter à l’accompagnatrice comment s’étaient déroulés ces après-midi. Ainsi, lors des différents pique-niques, la discussion avait été engagée autour de la casse des bus : plusieurs incidents (caillassages notamment) avaient en effet eu lieu au moment de la sortie des écoles et collèges. Au cours des échanges, des enfants et des adolescents ont alors expliqué dans quelles circonstances et pourquoi ils s’en étaient pris aux bus. Les pique-niques ont donc été l’occasion de recueillir une description fine à la fois des faits et des raisons avancées par les premiers intéressés. En l’occurrence, un problème a pu être mis en évidence : un bus gratuit, réservé aux scolaires, et un bus payant, destiné à tous, suivaient pour partie le même itinéraire et s’arrêtaient tous deux devant les écoles, au moment de la sortie des classes. Les élèves montaient dans l’un ou l’autre, sans ticket, et, dans le bus "normal", se faisaient parfois contrôler. Il est également apparu lors des discussions que les parents n’étaient pas au courant de ce dysfonctionnement. D’autres problèmes avaient été évoqués, dont la rivalité entre cités et les relations entre petits et grands ; mais l’organisation des transports n’avait jamais été identifiée comme source de problèmes, et aucun des acteurs n’avait jusque-là eu cette finesse de diagnostic.

Par la suite, les parents ont été conviés à une réunion pour discuter de la question des bus. Ils ont alors décidé de s’organiser et ont créé une Association pour le développement de l’éducation des jeunes et des parents (ADEJP), reprenant les principes de l’éducation populaire.

Ajoutons que ce "petit" projet n’a pas d’emblée suscité l’enthousiasme de la commission d’attribution du fonds. Notamment, son intérêt n’apparaissait pas clairement à chacun de ses membres. Pourtant, a posteriori, son efficacité se trouve avérée, ce qui illustre si nécessaire l’intérêt, ou la nécessité, de la diversité des regards au sein de la commission.

En effet, la casse des bus a un coût pour les transporteurs, et dans cette mesure la réorganisation des trajets représente une économie ; les parents présents lors des pique-niques ont pris connaissance de la situation, ils peuvent aujourd’hui être vigilants et dire à leurs enfants de ne prendre que les bus affectés aux scolaires ; certains d’entre eux se sont en outre mobilisés et ont contribué à la création de l’ADEJP ; l’explication des incidents passés profite sans aucun doute à l’ensemble du quartier et participe à un retour à la normale ; enfin, cette action a peut-être évité le recours coûteux à un cabinet de consultants missionné sur l’étude du phénomène... Ce qui démontre la pertinence de l’existence du fonds, y compris au regard de critères tels que la rentabilité de l’action, qu’il serait toutefois dangereux de considérer comme une fin en soi (au risque d’amener à une instrumentalisation des projets, et de leurs porteurs).

Palavras-chave

participação dos moradores, serviço público, processo de aprendizagem, educação a cidadania, inovação, associação de moradores, bairro urbano, montagem de projeto


, Franca, Aulnay-sous-Bois

Notas

Contact : Le Phare, 137 galerie Surcouf, 93600 Aulnay-sous-Bois, - Tél. (33) (0)1 48 66 66 12 - Fax (33) (0)1 48 69 60 78

Cf. aussi fiche "L’accompagnement de projets d’habitants : La contribution de la mission locale d’Aulnay-sous-Bois"

Ces fiches ont été publiées dans Un outil au service des habitants: les fonds de participation, Profession Banlieue, 2001, 136 p.

Entretien avec DUBOIS, Barbara, accompagnatrice de projets.

Fonte

Entrevista

Profession Banlieue - 15 rue Catulienne, 93200 Saint-Denis, FRANCE - Tél. 33 (0)1 48 09 26 36 - Fax 33 (0)1 48 20 73 88 - Franca - www.professionbanlieue.org - profession.banlieue (@) wanadoo.fr

contacto mapa do site menções legais