Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Munich initie un processus modèle de consultation et de concertation

Dans la capitale de la Bavière, le processus de l’Agenda 21 a été porté par des citoyens. Mais dès le début, il a été fortement soutenu par la municipalité, tous les partis confondus

Helmut AMMER

12 / 2000

Munich participa, en 1994, à la Conférence d’Aalborg. En signant la Charte du même nom, la Ville a adopté ses lignes directrices.

Pendant une année, entre avril 1995 et mai 1996, une série d’activités, initiées et portées par des individus et des associations de citoyens ainsi que par l’Institut publique de formation pour adultes (Volkshochschule), informait le public et l’invitait à formuler des propositions et des exigences pour un développement durable de la ville.

Les objectifs élaborés au cours de cette phase de préparation ont convaincu le parlement municipal. Le 29 mai 1995, celui-ci décida, à l’unanimité, de demander à l’administration de mettre en place, sur plusieurs années et avec des citoyens et citoyennes engagés, un processus d’Agenda 21.

Cette décision fut suivie par une phase de consultation, entre l’été 1995 et le début janvier 1998. Au cours de ce " grand Conseil ", différents groupes de 30 à 50 personnes analysaient les défis mis en avant à Rio ; ils développaient des idées de projets, élaboraient des lignes de conduite et lançaient déjà certaines actions concrètes négociant leur financement.

Les quatre "usines d’idées" les plus importantes se focalisaient sur les domaines suivants :

- des styles de vie durables dans la ville

- travail et économie dans la ville

- habitat et mobilité dans la ville

- Munich dans un Monde Un

Un autre groupe s’occupait des implications du développement durable dans l’administration de la capitale bavaroise qui emploie 29 000 collaborateurs.

50 personnalités venant des milieux de l’industrie, du commerce, des réseaux associatifs, des Eglises, des syndicats et du gouvernement municipal créèrent un comité consultatif. Ce comité conférait au processus un visage et une voix. Au cours de neuf réunions, il élabora " la Première Déclaration de Munich à propos de l’Agenda 21 ".

Pendant quatre ans, un forum des citoyens invitait, une fois par mois, tous les habitants intéressés pour débattre des aspects multiples du développement durable et pour réfléchir sur des actions possibles. Il était organisé par l’Institut publique de formation pour adultes (Volkshochschule) et servait en premier lieu à intégrer, dans le processus, des acteurs nouveaux.

Des représentants des différentes instances - "usines d’idées", comité consultatif, forum des citoyens, bureau de l’Agenda 21 - formaient le "cercle de pilotage" qui assurait l’échange d’informations et prenait des décisions directrices.

Environ 250 personnalités étaient continuellement impliquées dans ces consultations. Au moins 250 citoyennes et citoyens s’engageaient en cours de route, d’une façon ou d’une autre.

Ces structures de travail étaient quelque chose de tout à fait nouveau à Munich et elles suscitaient beaucoup d’intérêt en Allemagne. Entre-temps, de nombreuses communes ont introduit des procédures de concertation analogues.

L’avancement du processus de l’Agenda 21 était régulièrement décrit dans "Les entretiens de Munich", journal publié quatre fois par an, en dehors des éditions spéciales.

Les résultats de cette phase de consultation et de planification étaient par exemple :

- un accord sur 44 projets correspondant aux exigences du développement durable,

- un recueil avec le titre " Munich, une ville durable " où 60 contributions de différents partenaires et experts exposent la richesse des sujets liés au processus de l’Agenda 21,

- une documentation volumineuse sur les consultations en cours,

- la présentation de l’Agenda 21 local lors de l’ouverture de la Nouvelle Foire de Munich en février 1998,

- l’organisation d’une conférence régionale où l’on présentait, à 200 participants, pendant deux jours, l’Agenda 21 de Munich et des environs proches.

De la consultation à la réalisation

La deuxième étape de l’Agenda 21 de Munich a commencé durant l’été 1998. Elle vise à réaliser les projets et les objectifs élaborés. Les domaines les plus importants sont :

- un programme "Eco-profit" (voir fiche correspondante) auquel participent 27 entreprises avec 13 000 salariés,

- la décision du parlement municipal de financer la construction de la " Maison du Monde Un ",

- le projet " compas de la durabilité " qui vise à élaborer des indicateurs pour un développement durable de Munich, en coopération avec les habitants,

- la création de la fondation " Munich durable " (Zukunftsfähiges München) qui soutiendra la réalisation des projets conçus dans le cadre de l’Agenda 21. La Ville y contribue avec 400 000 DM.

Toutes ces démarches montrent qu’il existe à Munich des conditions sociales et politiques très favorables pour la prise en compte des thèmes soulevés par l’Agenda 21. La société civile aussi bien que les acteurs politiques sont sensibilisés aux problèmes concernant la nécessité de transformer la gestion économique en vue de correspondre à des critères de durabilité.

Une municipalité très active

L’engagement politique de la municipalité est également propice, comme le montre une série de décisions et d’actions lancées au cours de la dernière décennie. Voici seulement quelques exemples :

1.Participation au projet "Villes Santé " de l’OMS, de 1988 à 1993. Depuis 1989, Munich est membre du réseau allemand.

2.Adhésion à l’Alliance des villes de l’Europe Occidentale pour le climat avec les peuples indigènes de l’Amérique du Sud (voir fiche correspondante )

3. L’adoption, en 1988, par le parlement municipal, des lignes de force du quatrième Schéma directeur pour le développement de la ville (" Perspective Munich "). Celui-ci correspond clairement aux exigences de la durabilité, en soulignant tout particulièrement quatre objectifs :

- préserver la prospérité de Munich sans réduire l’attractivité de l’espace de vie que la ville offre à ses habitants, mais aussi aux plantes et aux animaux,

- préserver l’équilibre social,

- veiller à la compatibilité écologique de la planification urbaine

- prendre largement en compte les relations de la ville avec la région environnante.

4. En mai 1998, le parlement municipal demanda aux différents départements administratifs de continuer le processus de l’Agenda 21 et d’en assurer le financement. Il approuva la " Première Déclaration de Munich à propos de l’Agenda 21" du Comité Consultatif. Les sections furent chargées de présenter un catalogue d’indicateurs permettant de mesurer les progrès accomplis. Un rapport doit être rédigé tous les trois ans.

5. Adoption d’une série de décisions du parlement municipal qui vont dans le sens de la création d’espaces publiques, dans la ville. Elles concernent, entre autres, la mise en réseau des espaces verts à l’intérieur de la ville, mais aussi leur liaison avec les corridors verts des environs, la mise en place d’un réseau de biotopes au sein de la ville, la réalisation d’une cartographie des biotopes, le développement d’une ceinture verte qui communique avec les environs, l’aménagement d’une partie des berges de l’Isar, la création d’un parc paysager de 200 ha à l’endroit où se trouvait l’ancien aéroport de Riem, à l’est de Munich, l’aménagement d’espaces paysagers dans la ville, comme par exemple dans le quartier de Pasing, l’enquête sur le besoin en terrains de jeux pour enfants, l’analyse, tous les trois ans, des arbres dans la ville, aux rayons infrarouges.

Le financement concédé au processus de l’Agenda 21 par la municipalité s’est élevé, jusqu’ici, à 1,6 million de DM. La coordination et la documentation du processus sont assurées par le " Bureau de l’Agenda ", installé au sein du département administratif pour la santé et l’environnement. Le Bureau de l’Agenda accueille aussi tous ceux qui demandent des informations ou des conseils sur le processus en cours. Au cours de la phase de consultation, le Bureau employait trois collaborateurs, un consultant externe, une à deux secrétaires et un certain nombre de stagiaires.

A la fin de la phase de consultation, les structures du "Forum pour un Munich durable" ont été adaptées aux exigences nouvelles. Aujourd’hui le noyau actif des groupes de travail, le Comité Consultatif, le forum des citoyens et les représentants de l’administration fonctionnent en réseau. Ce réseau s’accorde, en cas de besoin, sur de nouvelles stratégies.

Palavras-chave

agenda 21, cidadezinha, participação dos moradores, gestão urbana, municipalidade e sociedade civil


, Alamanha, Munich

dossiê

Villes et développement durable : des expériences à échanger

Expériences de démocratie participative

Les Agendas 21 des villes dans le monde

Comentários

Cette fiche rapporte les expériences de l’auteur qui, en tant que directeur du département des jardins publics de la Ville a été personnellement impliqué dans le processus de l’Agenda 21. Traduction de l’allemand par Ina Ranson.

Notas

Contact : Helmut Ammer, Beccostr. 12, 82343 Pöcking, Allemagne - Tel. : 0049 - 08157 - 90640 - Fax : 0049 - 08157 - 90641 - mobil 0171- 22540 89 - ammer.gartenreisen@t-online.de

Agenda-Büro, Referat für Gesundheit und Umwelt, Implerstr. 9, 81371 München, Allemagne - Angelika Lintzmeyer, Marianne Leib, tel : 089 / 233- 2 36 26, fax 089 / 233- 2 03 47

Entretien avec Helmut Ammer

Fonte

Entrevista

contacto mapa do site menções legais