Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Les coopératives sociales en italie

Analyse des éléments qui sont à l’origine du phénomène -2-

07 / 1993

En Italie il existe plus de 1300/1400 expériences d’entreprises économiques, sous la forme de coopératives, qui ont été réalisées en partant de motivations non économiques et qui ont des finalités sociales (voir fiche IRED "Les coopératives sociales en Italie - 1).

L’ampleur du phénomène, une certaine rapidité de son développement et surtout son originalité en Europe, exigent une analyse des conditions qui ont été à son origine.

Au premier plan, il faut mettre le mouvement dit de "dé-institutionalisation" et le processus de rénovation qu’il a déclanché.

Dans les années ’60, après le deuxième boom économique italien, il a commencé a se poser la question des réformes sociales.

Sous la poussé contestatrice et rénovatrice du mouvement de 1968, la dé-institutionalisation devient un projet d’action pour démanteler les institutions d’exclusion (orphélinats, instituts pour vieux, asiles psychiatriques, prisons pour mineurs)et pour expérimenter des solutions alternatives qui relancent à la sociétés les problèmes qu’elle engendre.

Le fer de lance du mouvement a été la lutte pour la férmeture des hopitaux psychiatriques qui a été sanctionné par une loi nationale (la loi n.180 du 1978)qui malgré les difficultés de l’application (et les sabotages subis)est sûrement la législation la plus avancée d’Europe.

Cette mouvance était porteuse d’une idéologie de la liberté et de la valeur de la "différence", qui a produit un profond changement dans la culture de la population: les fous ne sont pas des gens dangereux dont avoir peur et se défendre, mais des personnes souffrantes qu’il faut aider à ne pas s’aliéner totalment du corps social. D’autre part, c’était aussi une proposition de modernisation qui ouvrait de nouvelles perspectives d’action aux travailleurs de la santé et qui a même donné un apport scientifique pour une nouvelle approche à la psychiatrie.

Le mouvement de réforme des services sociaux a été influencé et, à son tour, a produit de profonds changements au niveau culturel: un service public, dans la manière de répondre aux besoins, doit etre efficace, à savoir éliminer les causes qui produisent la demande; un service public doit savoir et pouvoir s’adapter aux nouveaux besoins. La "qualité" d’un service n’est pas seulment une somme de technicités mais une question de prise en compte de la complexité du porteur des besoins et de coparticipation à la recherche de la solution. Un exemple manifeste est celui du mouvement féministe qui ouvre, dans des quartiers des grandes villes, de façon bénévole et autogérée, des centres de sante pour les femmes (Consultori)pour les passer ensuite aux Municipalités.

Un autre élément important a été celui du mouvement de solidarité qui s’est développé à la suite de la forte croissance du nombre de personnes mises en marge par le processus de re-strucuturation de l’industrie et de l’agriculture, lié à l’entrée de l’Italie dans le Marché Commun Européen.

Le mouvement de solidarité a été renforcé par des éléments qui ont aussi provoqué un changement d’attitude au niveau psycologique et individuel. La chute des luttes socio-poliiques dans les usines, la perte de vitesse du mouvement de gauche a entraîné une modification du concept de la militance politique et le passage à une militance dans le social. Dans le mouvement chrétien, sous la poussée des luttes sociales, s’est développée une tendance à chercher l’efficacite de la "charité": une action a valeur dans la mesure où elle change les conditions de vie de destinataires et non seulement parce qu’elle est un don ou un partege.

Un apport important est venu du mouvement pacifiste qui a été à l’origine des premièrese banques alternatives. Le refus de déposer l’épargne dans les banques qui financent les guerres (Iran/Iraq, Afrique du Sud, etc.)a amené à financer des actions de développement des entreprises sociales.

De même les mouvements écologistes qui sont en train de produire une nouvelle conscience critique: le modèle actuel de développement produit lui même de la marginalité et il est nécessaire de trouver une alternative.

A la recherche des éléments qui se sont fondus pour créer les conditions qui ont permis le développement de la coopération sociale, presque comme dans un creuzet, il faut ajouter l’importante expérience du mouvement coopératif qui a marqué une partie de l’histoire sociale et économique de l’Italie, dans le xx siècle.

Les élements indiqués jusqu’ici ont produit, à leur tour, des changements dans la culture sociale et l’action politique. La conception du rôle de l’Etat, par exemple. A l’Etat omnnipresent, qui gère tous les services,hérité du fascisme et alimenté, pendant un certain temps, par l’étatisme de la guache, est en train de se substituer le concept de l’Etat garant de la solidarité entre les citoyens, garant des possibilités concrètes d’accès aux droits de citoyennité, garant de l’existence d’un réseau des services à la disposition de tous le citoyens, mais qui peuvent etre gérés par les usagers ou par des coopératives, à travers ce qu’on appelle, en Italie, le privato-sociale, "le privé social". Le privé social opposé au privé spéculatif pour garantir une meilleure qualité des prestations, la participation des gens et aussi des investissements à intégration de l’intervention de l’Etat.

Palavras-chave

economia social, legislação, cooperativa, papel do Estado, inovação social, política de saúde, serviço social


, Itália, Paises mediterrânicos, Europe du Sud

Notas

Intervention faite par Sandro GUIGLIA à une session de travail de l’IRED NORD à Rome le 26 juin 1993.

Fonte

Outro

GUIGLIA, Alessandro, IRED NORD

IRED NORD (Innovations et Réseaux pour le Développement) - Via Tacito 10. 00193 ROMA. ITALIA. Tel (19)39 6 320 78 49. Fax (19)39 6 320 81 55. E-mail irednord@geo2.poptel.org.uk - www.ired.org

contacto mapa do site menções legais