Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Les journaux de la rue, une chance pour les sans-abri ?

Pascale THYS

04 / 1994

Les enjeux

On les appelle les « street papers », les « journaux de la rue ». Le « Big Issue » est né de l’idée, lancée en 1991, à Londres, que, pour un sans-abri, il est plus digne de vendre un journal aux passants que de tendre la main. Il est aujourd’hui vendu à plus de 100 000 exemplaires chaque semaine. Le « Groupe » emploie une quarantaine de salariés et apporte un revenu à plus 700 sans-abri. Depuis le lancement, les responsables du journal estiment que plus de 3 000 vendeurs de rue ont été concernés.

Les enjeux

L’expérience anglaise a essaimé. Le « Big Issue Ecosse », né à la fin de 1993, tire déjà à 130 000 exemplaires. Le « Big Issue Irlande » tire, lui, à 50 000 exemplaires. En France, le journal « La Rue » est né d’un reportage réalisé en Grande-Bretagne. A Rome, un journal doit s’appeler « L’Isciu ». Un « Big Issue » est en projet en Roumanie. A Hambourg, le « Hinz und Kunzi » doit aussi aux Britanniques.

Le développement de ces expériences a incité la FEANTSA (Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri) à réunir à Bruxelles une dizaine de représentants de cette nouvelle forme de presse, pour une première confrontation entre toutes les expériences.

Les journaux de rue représentés à la réunion de Bruxelles avaient tous en commun d’être conçus comme des structures d’intégration pour les sans-abri travaillant dans la diffusion des journaux. La plupart d’entre eux ont établi un code de bonne conduite et un accompagnement social. Dans les équipes, beaucoup des emplois à temps plein sont réservés à d’anciens sans-abri.

La voix des sans-abri

De fortes divergences existent par contre dans la définition du produit vendu dans la rue. Pour beaucoup, l’exigence du « business » implique qu’on donne aux sans-abri vendeurs un produit de qualité, de plus en plus souvent écrit par des journalistes professionnels, réduisant fortement la part d’expression directe des sans-abri.

A l’opposé, plusieurs journaux, notamment en Allemagne, s’affichent comme « la voix des sans-abri ». L’important pour eux, c’est d’offrir aux exclus de la rue la possibilité d’aborder les autres citoyens et, si possible, d’engager le dialogue avec eux. Ces journaux-là connaissent de plus faibles tirages et accompagnent souvent l’action des associations ou des mouvements caritatifs. A Hambourg, les sans-abri d’un foyer se retrouvent éditeurs et ont pris en charge l’organisation de la vente et le suivi des vendeurs.

Des problèmes communs

Dans tous les cas, il s’agit d’une presse nouvelle, différente par sa forme et par son contenu. Le phénomène interpelle la FEANTSA et son président, Brian Harvey, a promis d’engager une réflexion sur ce thème. Peut-être y a-t-il là un moyen supplémentaire d’attirer l’attention des opinions publiques sur la gravité du problème des sans-abri. Pour l’immédiat, tous les représentants des « street papers » ont souhaité se revoir. Peut-être pour travailler ensemble sur les difficultés des communes. Car il y en a. Au plan financier, les « street papers » ont tous connu des débuts difficiles. La faiblesse des recettes publicitaires limite l’expansion et réduit la pagination.

Se pose surtout avec acuité la question du statut des vendeurs : « Nous estimons, déclare Jean-Jacques Piard, de « La Rue » à Paris, que l’insertion passe par une couverture sociale, c’est-à-dire par une déclaration légalisée ».

Les législations ne sont pas adaptées. En France, les journaux de rue qui pratique une forme de « dumping social » sont favorisés par rapport à ceux qui ont mis en place des règles de conduites. Un statut unique permettrait aux « street papers » de jouer la concurrence sur le terrain du contenu et de laisser aux lecteurs le choix entre plusieurs formules.

Palavras-chave

acesso a moradia, moradia, inserção social, exclusão social, luta contra a exclusão


, Europa

Notas

Bulletin mensuel du Programme communautaire pour l’Intégration économique et sociale des groupes les moins favorisés.

Fonte

Artigos e dossiês

FEANTSA, GEIE « A et R » - COMMISSION EUROPEENNE in. NEWS POVERTY 3 - PAUVRETE 3, 1994/03/00 (Belgique), N°33

Habitat et Participation - Place des peintres 1/004, 1348 Louvain-La-Neuve, BELGIQUE - Tél. (32) 10 45 06 04 - Fax (32) 10 45 65 64 - Bélgica - www.habitat-participation.be - hep (@) tvcablenet.be

contacto mapa do site menções legais