español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Solidariedade, ONG brésilienne : comment consolider la participation ?

Expérience de budget participatif au Brésil

06 / 2003

Un projet étroitement lié au budget participatif

L’ONG Solidariedade a été créée par des conseillers du budget participatif (1), en 2001, à l’occasion du Forum Social Mondial.

Face à un essoufflement de la participation des habitants et à un risque de cooptation des mouvements sociaux, les membres de cet organisme naissant cherchent à repenser leur rôle. Par le biais de l’éducation à la participation, la formation de leaders, l’ONG s’inscrit clairement dans la logique de la démocratie participative. « Nous ne sommes pas des intellectuels ! Nous sommes des hommes d’action » .

Trois axes se dégagent :

  • « Gouverner ensemble », co-gérer les politiques de la ville et accompagner leur mise en œuvre. De ce fait, l’enjeu est d’aller au delà du budget participatif tel qu’il s’exerce aujourd’hui (2).

  • « Semer la citoyenneté », c’est-à-dire poursuivre le processus de construction et d’amélioration de la participation : « Nous travaillons pour que le peuple décide sans cesse de sa ville » .

  • « Renforcer l’autonomie du mouvement social ».

Positionnement politique : le partage du pouvoir

Afin de « démocratiser toutes les structures du pouvoir », les conseillers membres de l’ONG ont la préoccupation d’aller dans le sens des habitants. Face aux pouvoirs publics, ils ont acquis une légitimité et ouvert un espace de négociation.

L’enjeu est clair : l’autonomie de la structure est nécessaire au renforcement de leur marge de manœuvre et les rend plus à même de repenser leur position stratégique.

Actions

1.« La participation se construit avec les populations »

Deux conditions sont nécessaires à la participation :

  • Apporter un savoir faire : « capacitação citoyenne” (3)

  • Développer une conscience politique par une démarche de proximité (porte à porte, débats de quartier…)

L’élaboration du livre : « Porto Alegre, les voix de la démocratie » a permis à l’ONG d’auto-évaluer avec les habitants le budget participatif. Nombreux éléments positifs :

  • rôle social et psychologique du budget

  • plus de transparence dans l’exercice du pouvoir

  • amélioration des infrastructures urbaines

Au delà des limites mises en avant (fragilisation des mouvements sociaux, constat de la difficulté de “toucher” les plus pauvres et les classes moyennes, représentativité partielle des délégués…), quelques pistes de travail se dégagent :

  • augmenter le nombre de participants

  • développer des partenariats avec le milieu universitaire et international…

2. Partenariats

Les intérêts du partenariat pour l’ONG, sont, à l’échelle de la ville, de renforcer les liens entre les différents acteurs mobilisés. Ensuite l’échange d’expériences, la diffusion de l’outil « budget participatif », l’appui technique proposé, la divulgation de supports tels que le livre, permettent à Solidariedade de s’inscrire dans des réseaux internationaux (4).

3. « Semear a cidadania »

Un projet pilote, “le bus de la citoyenneté”, est en cours d’élaboration (descriptif du projet et recherche de financement). Le passage de ce bus interactif s’inscrit dans la logique de proximité et de conscientisation des populations encore non “touchées” par le budget participatif : c’est à dire les populations les plus pauvres et celles issues des classes moyennes.

Perspectives

Il est encore trop tôt pour évaluer l’impact des réflexions et des actions engagées par l’ONG, toutefois, quelques enjeux se dégagent :

  • S’inscrire dans la sphère associative locale et peser sur les politiques de la ville.

  • Articuler cette démarche locale à une échelle plus large : c’est à dire diffuser leurs savoirs-faire (diagnostic, appui technique à l’élaboration d’un budget participative, expertise à l’international, etc…).

Contact : solidariedadeONG@hotmail.com

 

(1) Dits “conseillers populaires” (« conselheiros » ), élus par les habitants lors des assemblées plénières annuelles, ils sont les représentants des communautés de base durant les conseils de cogestion avec la mairie.
(2) Soit l’élaboration du budget de la ville par les habitants en lien avec la mairie et ses services. Toutefois, les prises de décisions finales et le suivi des investissements demeurent l’apanage des pouvoirs publics : “(…) la mairie occupe une place prédominante dans le processus : 70 % contre 30 % de la population.“ D’autre part, la partie du budget contrôlée par les habitants ne concerne que celle consacrée aux investissements et sa part sur l’ensemble du budget de la ville ne cesse de diminuer : en 2002, 15 % du budget total est consacré aux investissements.
(3) Se traduit : former à…, développer ses capacités à exercer son rôle de citoyen
(4) Suite à la première rencontre avec l’AITEC, chef de file en France du volet urbain dans le cadre du programme France-Brésil entre Coordination-Sud et ABONG, la participation de Solidariedade au Congrès International sur la ville (URBIS) prévu fin juillet 2003 à Sao Paulo est envisagée.

AITEC (Association internationale de techniciens, experts et chercheurs) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tél : 01 43 71 22 22 - France - aitec.reseau-ipam.org - aitec (@) reseau-ipam.org

contact plan du site mentions légales