español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La concentration des filières est source de grandes inégalités : le cas de l’industrie laitière en France

Ivan Du ROY

09 / 2009

Pendant que nombre de producteurs de lait ont bien du mal à boucler leurs fins de mois, quand ils ne sont pas déjà en faillite, quelques grands groupes industriels ou coopératifs se partagent le gâteau laitier et fromager. A qui appartiennent-ils ? Subissent-ils eux aussi les contrecoups de la crise du lait ? Contrairement aux apparences, le lait est un business qui rapporte gros. Pour une infime minorité.

www.d-p-h.info/images/photos/8196_lait.jpg

La France a produit 22,6 milliards de litres de lait en 2008. Cette matière première est ensuite collectée par des grandes entreprises ou des coopératives qui le commercialisent ou le transforment en l’une des innombrables marques de fromages, de yaourts, de crèmes fraîches ou de beurres. Sept grands groupes se partagent 70% de cette collecte de lait auprès des 87.000 producteurs : Lactalis, Bongrain, Sodiaal, Entremont Alliance, Laïta, Danone et le Groupe Bel.

Nous ne disposons pas des chiffres concernant la multinationale Nestlé qui ne compte qu’une seule usine de poudre de lait dans les Ardennes. Comme nous le montrons dans le tableau ci-dessous, quasiment tous réalisent de confortables bénéfices au contraire des producteurs de lait qui travaillent pour eux. Seul Entremont Alliance, détenu à 63,5% par la CNP (Compagnie nationale à portefeuille), une société financière basée en Belgique, enregistre un exercice déficitaire en 2008.

 Marques pharesPart de la production de lait collectéeChiffre d’affaires France (euros)Bénéfices (en euros)PropriétaireCommentaire
LactalisLactel, Président22%3,7 milliardsncFamille Besnier16eme fortune française
BongrainElle & Vire, Caprice des Dieux13%3,5 milliards39,8 millionsFamille Bongrain62eme fortune française
SodiaalCandia, Yoplait10%2,7 milliards34,9 millionsSociétairesPrésence du Fonds spéculatif PAI Partners
EntremontEntremont10%1,7 milliard-34 millionsCNP (société financière)Propriété du milliardaire belge Albert Frère
LaïtaPaysan Breton5%1,1 milliardncSociétaires 
DanoneDanone5%9 milliards (pour le pôle produits laitiers du groupe))1,3 milliardActionnaires 
Groupe BelKiri, Boursin5%(estimation)2,2 milliards49,2 millionsFamille Fievet et Bel70eme fortune française

Preuve que l’activité est très lucrative, trois groupes sont détenus par des familles qui ont fait fortune. Lactalis, leader incontesté du secteur (1), est la propriété de la famille Besnier. Celle-ci émarge au 16ème rang des plus grandes fortunes françaises, avec un patrimoine financier estimé à 2,2 milliards d’euros, selon le classement réalisé par l’hebdomadaire Challenges. Certes, en un an, la famille Besnier aurait perdu 45% de sa fortune (4 milliards en 2008) à cause de la crise économique.

Il est loin le temps où feu le patriarche de la famille, André Besnier, emballait ses 17 camemberts journaliers dans sa petite fromagerie de Laval, au début des années 1930. Depuis, lui et ses héritiers ont constitué le 3ème groupe laitier mondial. Selon les valeurs proclamées par Lactalis, la structure du capital, essentiellement familiale, est censée garantir « un respect des hommes et la mise en valeur de leur savoir-faire ». Ce qui n’a pas empêché les avocats du groupe d’envoyer des huissiers dresser des amendes aux agriculteurs qui ont bloqué plusieurs sites de production et de collecte en septembre. Lactalis a également créé une filiale commune avec Nestlé pour les produits laitiers frais (Lactalis Nestlé Produits Frais (2)). Encore des regroupements en perspective.

Bongrain (3), leader derrière Lactalis, dans le marché des fromages, est la propriété de la famille du même nom, 62ème fortune du pays, avec 454 millions d’euros. De quoi aborder la concurrence du « low cost » laitier avec sérénité. Enfin, le Groupe Bel (4) appartient aux héritiers de Léon Bel qui fonda l’entreprise dans le Jura en 1865. Leur patrimoine est estimé à 427 millions d’euros, lui aussi en baisse de 49% sur un an. Contrairement à ceux qui leur livrent à bas prix leur indispensable matière première laitière, les héritiers Bel sont cependant tranquilles pour plusieurs générations.

Inutile de présenter Danone, géant du secteur de l’agroalimentaire, qui collecte en France un milliard de litres de lait par an. Le 21 septembre, Danone s’est fendu d’un communiqué de soutien implicite aux producteurs de lait, assurant « avoir conscience des difficultés auxquelles les producteurs doivent faire face » et envisageant « la mise en œuvre de mécanismes de prix robustes et durables ». La multinationale s’engage à défendre cette position au sein de la Fédération nationale des industries laitières, qui siège au Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (CNIEL) aux côtés des coopératives et des producteurs, uniquement représentés par la FNSEA.

Les deux autres « seigneuries laitières » ont un statut coopératif : Sodiaal et Laïta. Les coopératives sont-elles plus attentives au sort des producteurs ? Pas vraiment. « Le prix payé par une coopérative et un groupe industriel est sensiblement le même », explique Josian Balach, de la Confédération paysanne. Laïta (5) est une filiale de trois coopératives (Even (6), Terrena et Coopagri). La marque Candia, propriété de Sodiaal (7), vient de commercialiser une brique de lait « Oui aux petits producteurs ». Ce qui n’empêche pas Sodiaal d’être de plus en plus tentée par les joies de la spéculation financière et la situation d’oligopole.

Sodiaal partage la marque Yoplait avec un fonds spéculatif européen, PAI Partners (ex-Paribas affaires industrielles) et s’est rapprochée d’Entremont Alliance. La société financière CNP, qui en est propriétaire à 63,5%, explique qu’elle « a décidé d’appliquer un prix du lait plus réactif aux marchés sur la deuxième partie de l’année (…). Si cette décision a entraîné de vives réactions de la part des agriculteurs, elle devrait permettre de faire évoluer le système de fixation du prix du lait en France dans le sens voulu à partir du 2ème trimestre 2009 ». Par réactivité et « sens voulu », on doit comprendre baisse du prix du lait au nom de « la restauration de la compétitivité » et de « la pérennité du groupe ». La survie des producteurs est bien évidemment le cadet des soucis des financiers.

Par sa stratégie économique et financière, la coopérative joue donc contre les intérêts de ceux qu’elle regroupe. En se rapprochant d’Entremont, Sodiaal s’allie en fait avec le financier et milliardaire belge Albert Frère, qui possède la CNP et est présent, via une holding, dans le fonds PAI Partners, propriétaire de la marque Yoplait. Les deux coopératives Sodiaal et Laïta redistribueront-elles une partie de leurs bénéfices à leurs adhérents producteurs en difficulté ? On en doute, au vu des grandes manœuvres de rapprochement et des projets de fusion en cours entre les grandes seigneuries du lait et leurs vassaux.

Les consommateurs sont, avec les producteurs, les grands lésés de cette concentration du secteur. « La hausse du prix du lait payé aux éleveurs survenue en 2007-2008 a été immédiatement répercutée sur les prix en rayon de tous les produits laitiers, notamment pour la brique de lait qui a alors augmenté de +15% (prix du lait demi-écrémé). Depuis, le prix du lait matière première s’est effondré et a perdu près de la moitié de sa valeur. Mais, alors que pour la plupart des produits laitiers, cette baisse a été plus ou moins bien répercutée aux consommateurs, pour le lait de consommation, le prix n’a baissé que de 2%, alors qu’en toute logique, il aurait pu baisser de 20% ! », calcule l’UFC Que Choisir, dénonçant « une confiscation inadmissible de cette baisse de prix ».

Face à ce modèle, des alternatives existent. Mais elles sont très minoritaires. Biolait, par exemple, est une société par action simplifiée qui regroupe des producteurs de lait bio. Depuis 1994, Biolait tente de structurer la filière de lait bio et affiche un « principe d’équité » sur le prix, un engagement « réciproque et solidaire » et « un fonctionnement transparent et démocratique ». Depuis dix ans, Biolait s’est stabilisé, avec environ 360 producteurs représentant 0,2% de la collecte de lait en France.

(1) Marques Lactel, Président, Bridel, Le Petit, Lanquetot, Société, Bridelice…
(2) Marques Nestlé, La Laitière, Yoco, B’A, Bridélice, Sveltesse
(3) Marques Elle & Vire, Cœur de Lion, Caprice des Dieux, Chaumes, Tartare, Carré Frais, Vieux Pané, Saint-Albray
(4) Marques La Vache qui rit, Kiri, Boursin, Leerdammer, Babybel…
(5) Marques Paysan Breton, Régilait (avec Sodiaal)
(6) Marques Mamie Nova
(7) Marques Candia, Yoplait, Régilait (avec Laïta), Croissance, Grand Lait, Viva, Silhouette, Babette, Florette

Mots-clés

lait, filière de production, commercialisation des produits agricoles et alimentaires, prix des produits agricoles et alimentaires


, France

dossier

Filières durables : l’agriculture

Notes

Initialement publié par Basta! : www.bastamag.net/spip.php?article672

En savoir plus :

Source

Articles et dossiers

Alter-médias - Association Alter-médias 100, rue de Charenton, 75012 Paris France - www.bastamag.net - contact (@) bastamag.net

contact plan du site mentions légales