español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Variation de l’approche graphique selon les contextes culturels

Où l’on s’aperçoit que les messages graphiques ne sont pas toujours compris et que cela révèle la présence de logiques différentes

Tom ROBERTS

01 / 1994

Professeur d’art graphique à l’Ecole Nationale Supérieure d’Abidjan, Lévy-Ranvoisy s’intéressa à l’utilisation de dessins dans le cadre du travail entrepris par des organismes intervenant en milieu rural. Elle s’aperçut que les images utilisées, ainsi que des photographies et des films, n’étaient pas compris par les populations "cibles"... que les messages ne passaient pas.

Elle s’interrogea sur ce phénomène et entreprit d’étudier les "différentes formes de la production plastique en Côte d’Ivoire". Elle s’aperçut qu’il existait, à la base, une façon différente de percevoir et de traduire "la réalité". Elle arriva à la conclusion que :

"La vue est un phénomène optique, scientifique, objectif. Il consiste au niveau de l’oeil en une image qui se forme sur la rétine, telle que la restituerait une prise de vue photographique. A ce premier enregistrement par l’oeil succède une opération au niveau du cerveau, organe cultivé et personnalisé, qui traite l’image reçue en fonction des modes de perception et de représentation auxquels la culture l’a conditionné, pour la restituer au niveau conscient selon sa propre vision. La vision est donc un phénomène essentiellement culturel, non objectif."

A travers l’exemple de l’approche graphique, nous voyons que le monde n’est pas le même pour tous... nos réalités divergent. Communiquer dans un contexte interculturel impliquerait plusieurs conditions dont deux nous apparaissent comme essentielles : D’abord, il faut pouvoir traduire techniquement l’expression du message (par exemple, la traduction d’une langue à une autre). Puis il faut comprendre / saisir le contexte d’où vient le message.

Le premier point est d’abord une question technique qui ne pose - à priori- pas d’autres problèmes que ceux propres aux techniques de traduction.

Le deuxième se situe sur un tout autre plan impliquant une connaissance, une compréhension du contexte, de la culture et de tous les paramètres qui la régissent. En d’autres termes, il implique, dès le départ, d’envisager le fait qu’il n’existe pas une réalité, mais des réalités, qu’il est nécessaire d’accepter et de saisir celle des autres pour que la communication puisse s’établir.

Ou comme le dit Edward T. Hall dans son livre "La Dimension Cachée" : "L’idée que deux personnes ne peuvent jamais voir exactement la même chose dans des conditions normales est choquante pour certains, car elle implique que les hommes n’entretiennent pas tous les mêmes rapports avec le monde environnant. Mais si l’on ne reconnaît pas ce fait, il devient impossible de comprendre comment traduire les données d’un monde de perception dans un autre."

Mots-clés

communication, développement culturel, culture populaire, interdépendance culturelle, modèle culturel, dimension culturelle du développement, système de représentation culturelle


, , Côte d’Ivoire

Commentaire

L’exemple de l’approche graphique nous intéresse à deux titres. La première est d’ordre technique : lorsque nous concevons un programme d’éducation populaire (par exemple)les matériaux produits doivent tenir compte des différents contextes culturels au risque d’être inutilisables. Le meilleur moyen de palier à cette difficulté est généralement de travailler avec des artistes locaux. Mais au-delà de l’aspect purement matériel, l’approche nous montre l’existence de logiques qui peuvent se révéler divergeantes. Ici, l’approche graphique n’est qu’une illustration d’un mécanisme complexe (interprétation, perception, réalité...)qui se situe à tous les niveaux de la communication lorsque celle-ci se déroule dans un contexte interculturel. Convergence ou divergences de logiques à prendre en compte dans tout acte de communication et qui a des implications sur les projets d’urgence ou de développement que nous entreprenons.

Source

Littérature grise

ROBERTS, Tom, AUI=Action d'Urgence Internationale

AUI (Action d’Urgence Internationale) - Terrasses Montcalm, 1401 rue Fontcouverte, 34070 Montpelllier, FRANCE - Tél 33 (0) 4 67 27 06 09 - fax 33 (0)4 67 27 03 59 - France - www.aui-ong.org - info (@) aui-ong.org

contact plan du site mentions légales