español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Altersyal, un groupe de réflexion et d’action engagé dans le développement agroalimentaire

10 / 1996

ALTERSYAL : ALternatives TEchnologiques et Recherches en SYstèmes ALimentaires est un Groupement d’Intérêt Scientifique(1). Sur la base d’un engagement individuel, des professionnels de différents horizons institutionnels etdisciplinaires mettent en commun leurs expériences et trouvent à ces réflexions les prolongements opératoires adéquats.

1979 : Les alternatives technologiques

Le colloque "Nourrir Autrement", organisé par Altersyal, souligne la faible prise en compte des variables socio-économiques dans les projets de développement agroalimentaire. Quelles alternatives proposer ? L’idée d’une valorisation des techniques autochtones, fondée sur l’aptitude de toute société à s’approprier des innovations sur la base de ses acquis techniques, est lancée. L’étude "Alternatives pour latransformation du maïs au Mexique" expérimente une démarche d’analyse des techniques locales, considérées en termes de système autour des relations Homme

Outil/Matière. "Innovations et adaptations technologiques pour l’industrialisation des pays africains" aborde la question des transferts de technologie et laisse entrevoir une certaine inadéquation entre l’offre des équipementiers français et la demande locale (filières manioc, viande,céréales...).

1983 : Le défi alimentaire urbain

Avec l’urbanisation et les changements de styles alimentaires, les techniques agro-alimentaires traditionnelles ont souvent pris une place fondamentale dans l’approvisionnement des agglomérations urbaines, notamment grâce au dynamisme du secteur artisanal (2). Mais les bilans sur la situation alimentaire mondiale montrent la dépendance des pays du Sud vis-à-vis des importations. Comment nourrir les villes et se nourrir en ville ? Une réflexion sur ce thème est conduite par Altersyal à travers différentes manifestations et programmes : colloque "Nourrir les Villes en Afrique Sub-Saharienne" (3), projet PROCELOS(4)...

1985 : l’agroindustrie rurale

Altersyal s’est associé au REseau de Technologies Appropriées au Développement Agroalimentaire Rural, créé à l’initiative du CITA (5), dans sa promotion de l’agroindustrie rurale en Amérique Latine et Caraïbes. L’AIR (6)est un modèle qui répond au besoin d’une meilleure maîtrise de l’ensemble de la filière par les producteurs. De nombreuses petites entreprises de transformation-commercialisation ont été créées en réponse aux problèmes d’écoulement, de qualité... qu’affrontent les organisations rurales productives. Elles n’échappent pas aux contraintes du marché et doivent sans cesse évoluer, tout en gardant des spécificités en accord avec la logique et la condition paysanne, contribuant ainsi au renforcement des économies paysannes.

1987 : La démarche d’innovation

Altersyal s’est intéressé au thème du changement et de l’innovation, avec la perspective de dépasser les enjeux purement techniques. Une logique de rétrospection a conduit à évaluer les effets de démarches et projets, dont certains sont "voués à l’échec": déversés sur des populations, conduits techniquement sans étude de marché... Dans une logique d’anticipation, et conscient qu’aucune méthodologie prévisionnelle ne peut s’appliquer avec succès aux phénomènes sociaux, le groupe a défini des "itinéraires de gestion" des projets, ou règles et précautions permettant de baliser le chemin de l’"aventure-projet".

1983-1989 :Des actions de terrain

La consommation d’énergie sous forme de bois de chauffe dans l’artisanat alimentaire constitue le poste de dépenses principal et soulève des problèmes écologiques. La seule fabrication du dolo (bière de sorgho)au Burkina-Faso mobiliserait 15 à 20 % des ressources en bois de feu du pays. Pour le programme "Economie de bois de feu", conduit en collaboration avec ABF (7), une base d’expérimentation et formation a été créée à l’ENSIA. Des axes de recherche ont été identifiés sur le terrain (sucre de sève de palme en Thaïlande...).

En faveur des équipements agroalimentaires à petite échelle, une réunion lors du Salon International du Machinisme Agricole 1985 a permis de réfléchir aux modalités de transfert technologique tenant compte du potentiel et des spécifités de la demande locale. Au sein du programme "Transformation agroalimentaire à petite échelle", la halle technologique du CIRAD-SAR devient une plate-forme d’expérimentations. Des fichiers constructeurs et des réunions techniques rapprochent les acteurs Nord-Sud. "Expérimenter, informer, diffuser" a donné lieu à des initiatives d’entreprises françaises concluantes sur les thèmes "Oléagineux" et "Fruits".

1990-1995 : une capitalisation au travers de la coopération institutionnelle

Les thèmes mobilisateurs de Altersyal ont été repris par des institutions. Des publications offrent un état d’avancement de ses réflexions. Le groupe consolide son insertion institutionnelle en même temps qu’il engage un processus de réflexion critique, individuel et collectif, étape qui participe à son avancement et maturation... avant de nouvelles aventures.

Les nouvelles orientations

Le monde a changé. La crise s’est imposée. Une telle évolution n’est pas inéluctable et l’évocation de nouvelles solidarités fonde la conviction du groupe. La question du devenir matériel des hommes se pose en termes comparables au Nord et au Sud. Les raisons de l’action à entreprendre ne se réduisent pas à des enjeux matériels. Altersyal a une nouvelle ambition : être un jeteur de passerelles. Avec quelques pistes d’action : favoriser les nouvelles formes d’organisation de la production, l’émergence de réseaux sociaux porteurs de solidarité, les expériences qui conjuguent changement technique et quête intime de ceux que la foi dans l’homme anime.

Mots-clés

développement alternatif, philosophie, éthique, réflexion collective, décloisonnement des disciplines, coopération scientifique, culture et technique, méthodologie, alimentation, innovation technologique, recherche et développement


,

Notes

(1)Créé à l’initiative de l’ENSIA(Ecole Nationale Supérieure des Industries Alimentaires), en collaboration avec le CIRAD-SAR(Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement-département Systèmes agroalimentaires et ruraux), et le GRET(Groupe de Recherches et d’Echanges Technologiques)

(2)Etude ALTERSYAL-INSERM-ENDA

(3)co-organisé avec l’ORSTOMet le CERED

(4)PROCELOS=PROmotion des CEréales LOcales Sahéliennes, en collaboration avec l’ENDA et le CILSS

(5)CITA=Centro de Investigación en Tecnólogia Alimentaria

(6)AIR=Agroindustrie Rurale

(7)ABF=Association Bois de Feu

Contacts : TREILLON, Rolandà l’ENSIA : lecomte@ensia.inra.fr; MUCHNIK, José: muchnik@cirad.fr; BRICAS, Nicolas: bricas@cirad.fr; DEVAUTOUR, Hubertau CIRAD-SAR; BOUCHER, Françoisà l’IICAApdo postal 55. 2200. San José. COSTA RICA. Tel (506)229 02 22. Fax (506)229 47 41 fboucher@iica.ac.smtp

Source

Présentation d’organisme ; Texte original

ALTERSYAL (Alternatives Technologiques et Recherche en Systèmes Alimentaires) - Coronado, San José, COSTA RICA c/o CIRAD-SAR, 73 rue J.F.Breton - BP 5035- 34032 Montpellier cedex 1. FRANCE - Tél. 04 67 61 57 01 - Fax 04 67 61 12 23

contact plan du site mentions légales