español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Etude critique d’un thème d’éducation relative à l’environnement

L’utilisation rationnelle et la gestion des ressources naturelles

Yolanda ZIAKA

07 / 1993

Un programme d’Education à l’Environnement (EE)centrée sur la gestion des ressources naturelles a été construit par Mamadou SARR et mis en oeuvre au Sénégal, durant une année scolaire, dans des classes de niveau 6ème (élèves de 12-14 ans)et de 2e (16-18 ans), avec la collaboration de professeurs de sciences naturelles et d’histoire-géographie. Des aides didactiques ont été construites, sous forme de fiches d’activités, elles ont été mises en oeuvre en classe, leurs résultats sur l’apprentissage ont été évalués. Ce travail a abouti à la rédaction d’une thèse de Doctorat soutenue en France.

Les fiches (qui s’adressent aux enseignants)précisent : le niveau des élèves, les objectifs visés (objectifs de connaissances, de méthodes, d’attitudes, de valeurs), la durée des activités, le matériel demandé, les disciplines concernées, des propositions d’activités à mener avec les enfants, des prolongements possibles. Les sujets traités sont : les activités culturales, la conservation des sols, l’irrigation, les pâturages, les utilisations de la mangrove, les hôtes d’agents pathogènes. Les contenus sont organisés autour de quatre concepts de base : l’utilisation de l’espace, la renouvelabilité des ressources, le recyclage, la notion du cycle. Le choix des thèmes visait à répondre aux problèmes environnementaux particuliers du Sénégal : une économie agricole qui lutte contre la sècheresse, peu de ressources (terres cultivables limitées, eau pluviale déficitaire), nombreuses maladies d’origine hygiénique, pression accrue exercée sur les ressources à cause de la surpopulation. On remarque ici une nouveauté par rapport à d’autres projets d’EE pour les écoles, centrés sur la nature (considérée comme "originelle")sans référence à l’intervention de l’homme (mythe du "paradis perdu" ?). Le contenu de ce projet concerne les rapports Homme-Nature à travers un problème crucial pour l’environnement, ainsi que pour le développement économique du pays : la gestion des ressourcces.

Une approche interdisciplinaire (par la mise en place d’une équipe d’enseignants de disciplines différentes)et une pédagogie dite de "clarification des concepts" ont été adoptées : cette dernière consiste en une organisation de l’enseignement autour d’un nombre restreint de concepts de base construits progressivement par l’élève lui-même. Le déroulement des activités était inspiré par la démarche expérimentale (observation, formulation d’hypothèses, vérification). Les activités étaient introduites par des textes de présentation du sujet. Durant des sorties sur le terrain, les élèves étaint invités à analyser leurs observations (p.ex. identifier les traces d’activités productives, identifier les ressources naturelles exploitées). Des enquêtes menées par les élèves (portant sur des aspects socio-économiques, historiques et culturels)avaient comme but de : faire vérifier les hypothèses qu’ils avaient pu formuler durant la phase de l’exploration, impliquer les personnes interrogées (parents)dans la formation des élèves. Une recherche documentaire suivait, où les dimensions écologiques et législatives du thème étaient approfondies. Des séances de mise en commun, au sein d’un groupe ou de la classe entière, permettaient de confronter les résultats des élèves durant les phases antérieures, en facilitant l’exercise de la communication. Des données rassemblées au cours de la phase d’expérimentation des fiches (productions écrites ou graphiques des élèves, enregistrements d’entretiens)ont servi de base pour l’évaluation.

Mots-clés

éducation, environnement, enseignement secondaire, décloisonnement des disciplines, éducation à l’environnement, ressources naturelles


, Sénégal

Commentaire

On constate, d’une manière générale, un retard des pays en voie de développement par rapport aux pays développés en matière d’EE. Dans le cas du Sénégal, une série de facteurs freinent l’impact de l’EE : -manque de formation des enseignants (initiale ou continue)sur l’EE et la pédagogie interdisciplinaire, -contraintes administratives (contrôles continus, respect de l’emploi du temps), -classes surchargées (effectifs allant de 70 à plus de 120 élèves dans un grand nombre de classes), -manque de matériel didactique adapté aux conditions locales (dans certaines écoles il n’y a pas d’électricité, l’emploi du matériel audiovisuel est donc impossible), -diversité des sources d’information qui influent sur les connaissances des élèves : médias mettant en avant les aménagements réalisés souvent désastreux pour l’environnement, contexte familial mettant en avant un environnement metaphysique puissant à caractère animiste (pouvoir du sorcier, "bois sacrés" demeures des totems, chasses rituelles, coutumes relatives aux déchets).

Notes

Bibliographie (selection)1)A. GIORDAN et al, "L’approche interdisciplinaire en Education relative à l’Environnement", UNESCO, Série EE, N° 14, 1985 2)A. GIORDAN "L’Education relative à l’environnement : principes d’enseignement et d’apprentissage", UNESCO, Série EE, N°20, 1986

Source

Thèse et mémoire

SARR, Mamadou, UNIVERSITE PARIS 7, UFR DIDACTIQUE DES DISCIPLINES, 1990 (France)

contact plan du site mentions légales