español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Afrique du Sud, de l’apartheid à la citoyenneté

Textes et photographies sur un pays en transition

Pierre Yves GUIHENEUF

04 / 1996

Un historien blanc descendant de huguenots français, assis dans bureau cossu, dirige son regard vers la lumière du crépuscule en méditant sur l’aspect culturel de son pays et sur les hasards de l’histoire. Une famille de bushmen, surpris par l’objectif dans le désert du Kalahari, évoque l’image de l’aube de l’humanité. Deux jeunes enfants noirs, souriants, posent devant un mur où figure le slogan "l’Afrique aux Africains". Six hommes d’âge mûr, métis musulmans descendants d’immigrants venant de l’Inde ou de Malaisie, sont à genoux sur des tapis. L’Afrique du Sud n’est pas qu’un pays en noir et blanc. C’est une mosaïque de peuples et de cultures.

C’est aussi un pays en transition. Témoins d’un passé récent, ces townships du Cap où la police relève encore tous des jours les cadavres des victimes de la violence, ces familles expulsées dont on a pris les terres pour les donner à des fermiers blancs, ces milices d’afrikaners masqués qui s’insurgent contre "le mélange des cultures"... Signes du présent, ces images de Nelson Mandela souriant, entouré d’hommes blancs et noirs, ces soldats combattants contre l’apartheid et aujourd’hui démobilisés, cette manifestation de visages souriants, ces jeunes qui dansent un vendredi soir... Défis de demain, ces prisonniers politiques libérés récemment et qui doivent être suivis par des psychiatres pour vivre avec les souvenirs de la violence, ces familles pauvres qui vivent du travail des mines ou du ramassage de déchets de charbon, ces parcelles aménagées à la hâte pour y accueillir des abris précaires.

Stanley et Daryl Evans, le père et le fils, celui qui est resté et celui qui s’est exilé, savent que la construction de la démocratie en Afrique du Sud n’est pas chose facile. La tolérance du nouveau pouvoir laisse s’étaler au grand jour la pauvreté autrefois recluse dans les ghettos. Les chômeurs sollicitent du travail, le commerce informel déploie ses étalages, des bidonvilles naissent sur les terrains vagues, les mendiants parcourrent les rues. L’efficacité du parti de Mandela apparaît encore bien incertaine à beaucoup. Le racisme est maîtrisé mais reste latent. Le gouvernement devra faire la preuve de sa capacité à conduire des changements en profondeur. Sans cela, la diversité qui fait la richesse de l’Afrique du Sud alimentera des foyers de tension et d’anciens clivages. Pour les auteurs, un gouvernement d’unité nationale constitué de nombreux partis et alliances peut, avec un code de protection des droits de l’homme et autres garde-fous, bâtir un avenir dans lequel tous les groupes sociaux et ethniques du pays pourront vivre en confiance, même s’ils demeurent en compétition les uns avec les autres. La lutte pour la libération est finie, la lutte pour une vie décente commence !

Mots-clés

développement culturel, diversité culturelle, citoyenneté, reconstruction nationale, passage de la guerre à la paix, processus de démocratisation, apartheid, conflit ethnique


, Afrique du Sud

Source

Livre

EVANS, Darryl, EVANS, Stanley, Afrique du Sud, de l'apartheid à la citoyenneté, SYROS ALTERNATIVES, 1994 (France)

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales