español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Coopération entre l’Institut des hautes études de l’Amérique latine et la mairie de la ville de Neuquén, Argentine

Nicole MAURICE

12 / 1996

L’expérience de coopération menée entre la ville de Neuquén et l’IHEAL-CREDAL (Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine et le Centre de Recherche sur l’Amérique Latine, unité de recherche associée 111 du CNRS)réunit une université et une mairie autour d’un projet de recherche. Ce projet est celui d’une étudiante de l’IHEAL, Nicole Maurice, qui en 1991 commence une thèse de doctorat sur "L’action municipale dans la ville de Neuquén entre 1958 et 1991, Argentine".

Ce travail se présente sous la forme d’une recherche-action, avec un premier volet qui relève de la recherche appliquée et un second, de la recherche fondamentale. Cette double dimension est possible grâce à l’utilisation des images de la ville prises par le satellite français SPOT et le satellite américain MSS pour l’étude de l’évolution de l’occupation du sol et grâce à leur intégration dans une base de données en vue de la construction d’un système d’informations géographiques (Base de données construite avec le logiciel Arc/Info, version 7.0.3.).

L’idée d’un travail sur Neuquén mérite plusieurs explications. Il s’agit tout d’abord d’une ville moyenne à l’intérieur de l’Argentine, peu étudiée par les chercheurs aussi bien argentins que français. C’est aussi un espace nouveau, peuplé il n’y a même pas cent ans à la suite de la "Conquête du Désert", quand l’Etat national, allié au capital anglais, met en valeur la région par la construction d’un système d’irrigation complexe destiné à développer les cultures fruitières. C’est là que seront conçues les poires Williams devenues célèbres et les pommes Red Delicious.

La province de Neuquén regorge aussi de réserves en pétrole et en gaz naturel. Son réseau hydrographique permet la construction d’un grand nombre de barrages qui alimentent en hydroélectricité une grande partie du pays. Dès les années 1960, la politique de développement et d’aménagement du territoire mise en place par le gouvernement d’Arturo Frondizi, attire dans la région des cadres et des ouvriers du bâtiment originaires du pays mais aussi du Chili. Ce n’est qu’en 1957 que le territoire obtient le statut de province, ce qui signifie, du point de vue politique, l’élection du gouverneur, de l’assemblée provinciale, des maires et des conseils municipaux. Neuquén découvre soudain la possibilité de décider par et pour elle-même et de rompre l’excessive dépendance à l’égard de Buenos Aires. C’est cette découverte qui va contribuer à la formation d’une société "autonomiste", convaincue que l’intérêt provincial ne coïncide pas toujours avec ceux de la Nation, qu’il s’agisse de questions économiques, politiques, sociales ou religieuses.

Les premières tentatives de coopération avec l’Université de Neuquén remontent à 1985. Les chercheurs argentins du département de géographie proposaient à l’IHEAL-CREDAL une étude de la formation de l’espace régional à partir de la prise en compte de cette relation espace/pouvoir, Neuquén/Buenos-Aires. Mais faute de financement, ce projet n’aboutira pas.

Pour l’étude commencée à l’occasion de sa thèse, Nicole Maurice entre en contact avec les autorités municipales et leur propose d’exploiter conjointement les images satellites de la ville. La coopération commence de manière informelle avec les techniciens vite persuadés de l’apport de l’imagerie satellite et du système d’informations géographiques non seulement pour mieux connaître et comprendre l’évolution du tissu urbain mais aussi mieux le gérer.

En 1992, Cristana Sarda, directrice du Développement Urbain de la ville, collabore à une interprétation visuelle des images. Une première carte de l’occupation du sol est élaborée en commun. Ce travail est fait sans même que les autorités municipales en aient pris connaissance étant donné la difficulté de la mise en place à un niveau officiel, et sans beaucoup de moyens économiques, d’une coopération de ce type.

En 1993, l’avancement des travaux en France dans le cadre du CAMS (Centre d’Analyse et de Mathématiques Sociales)incite le maire de Neuquén à financer une partie du projet et à faciliter la formation nécessaire en matière de traitement d’images et systèmes d’informations géographiques.

En 1994, le travail en commun débouche sur la création d’un "Document préalable à la révision du plan régulateur". Dans ce document, sont rassemblées les cartes relatives au site, à la population et à l’occupation accompagnées d’une réflexion sur l’importance des documents d’urbanisme dans toute politique d’aménagement urbain et sur la nécessité de disposer d’une base de données unique et constamment actualisée sur la ville pour suivre son évolution.

La constitution de la base de données est à ce jour terminée. Il a fallu deux ans de saisie des informations, de correction et d’apprentissage pour qu’à l’heure actuelle l’on arrive à disposer des informations suivantes : données relatives à la topographie, à l’hydrographie, aux phénomènes géomorphiques, mais aussi à la localisation des hôpitaux et des écoles, des zones irriguées, sur la population et les logements par îlots, les logements sociaux dans la ville, les espaces verts, l’évolution historique de l’occupation du sol (notamment dans la zone centre entre 1901 et 1992)et enfin, sur les traitements divers des images SPOT et MSS.

Il s’agit là d’un travail pionnier en ce sens que la ville ne disposait pas jusqu’ici d’une cartographie urbaine. A titre d’exemple, il n’existe une carte ni des espaces verts, ni de la population. Fin 1996, Nicole Maurice doit se rendre à Neuquén pour faire état des résultats définitifs de la cartographie et préparer l’installation de la base de données en vue de son utilisation en mairie.

Par ailleurs, chercheurs argentins et français ont été associés à la réalisation d’un ouvrage collectif sur Neuquén copublié par le CREDAL et l’Association de Recherche Coopérative Internationale (ARCI). Ce livre intitulé "Estado, espacio y sociedad en el Neuquén", comporte un ensemble de témoignages des acteurs de l’aménagement et de l’urbanisme sur leurs pratiques professionnelles ainsi que des analyses par les chercheurs sur les transformations de l’espace, de la société et de l’Etat à Neuquén.

Mots-clés

aménagement urbain, ville, université, urbanisme, système d’information


, France, Argentine, Neuquén

Commentaire

La coopération entre une ville et une université telle qu’elle a été menée dans cette étude de cas aura été caractérisée par l’absence d’un interlocuteur institutionnel autre que les deux partenaires. Elle a été entièrement prise en charge par la mairie, le CNRS et le travail personnel d’un doctorant au service d’une ville : une expérience dont la lenteur (1992-1996)est due à l’effort de formation investi dans l’apprentissage des nouvelles technologies. Au bout du compte, on trouve l’acquisition d’un savoir-faire nouveau et une recherche utile à l’action.

Notes

Contact : IHEAL=INSTITUT DES HAUTES ETUDES SUR L’AMERIQUE LATINE, 28 rue St Guillaume - 75007 Paris / Tel : 01.44.39.86.00

Source

Texte original

//

CEDAL FRANCE (Centre d’Etude du Développement en Amérique Latine) - France - cedal (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales