español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Education à la paix, à la tolérance et au respect de la différence au Tchad

Jules Roger TJOMB

01 / 2000

Après plusieurs années de guerre civile au Tchad, la jeunesse a perdu tout espoir de vie en société. La haine, l’exclusion, le tribalisme, la discrimination sont les dénominateurs communs de nombreux conflits qu’a connus le pays. Face à cette situation ,les jeunes ont décidé à travers une association dénommée AJAC (Association Jeunesse Anti Clivage)de combattre le fléau. L’objectif est de rassembler d’une part les jeunes de différentes ethnies des différentes régions afin de leur permettre de vivre leurs différences dans la complémentarité, et, d’autre part de créer un cadre de réflexion, d’échange et d’éducation.

Pour parvenir à cette fin l’AJAC a mis en place un programme dénommé ’club de vacances’. C’est ainsi que du 1er au 10 septembre 1997, un projet dénommé ’ éducation à la paix, à la tolérance et au respect de la différence’ a été exécuté dans la région de Douguia située à 70 Km de Ndjamena dans le chari Baguirni nord. Le projet a regroupé 300 jeunes de 10 à 35 ans venus des 14 préfectures du pays représentant plus de 100 ethnies.

Le programme a porté sur des manifestations culturelles (Veillées de conte, théâtre, danse), sportives, éducatives (conférences, tables-rondes, débats)et des oeuvres communautaires (travaux champêtres, construction, fabrication de briques). Aussi, les différentes activités ont bénéficié des apports internes et externes.

Il convient de signaler que le budget ayant servi à l’organisation de cette manifestation s’élevait à 7 000 000FCFA dont 1 000 000FCFA de financement propre et 6 000 000FCFA de subventions par des différents partenaires que sont l’Etat, les ONG étrangères (Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme)et quelques ONG nationales à l’instar de Erene Tchad.

Le projet ’club de vacances’ édition 1997 a permis de mettre en place des clubs de famille dans les établissements scolaires, les quartiers, un club de génération sans clivage regroupant les jeunes de 10 à15 ans ; modification sur la vie politique avec le soutien de l’Etat dans la lutte contre le tribalisme. Le projet a également permis la réconciliation entre les habitants de deux villages qui ont retrouvé la paix.

Mots-clés

éducation à la paix, jeune, passage de la guerre à la paix


, Tchad

Commentaire

L’AJAC en s’engageant dans la lutte contre la discrimination, l’exclusion et le développement de la solidarité, voudrait simplement montrer qu’on ne peut pas construire une société en rangs dispersés. Les résultats et les stratégies adoptés le prouvent.

Notes

Sitack Yombatina Beni est membre de l’ AJAC, BP 2O14 Ndjamena Tel 81-23-59 ou BP 11628 Yaoundé. Tel (237)23-74-00.

Entretien avec SITACK, Yombatina Beni

Source

Entretien

ASSOAL (Association des Amoureux du Livre) - B. P. 5268 Yaoundé, CAMEROUN - Tél: (237)220.10.12 / 994.79.53 / 986.3016 - Cameroun - www.assoal.org - assoal (@) netcourrier.com

contact plan du site mentions légales