español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le blé de la solidarité pour les Restos du coeur

Anne Sophie BOISGALLAIS, Jean Marie ANSEL

03 / 2000

En Saône-et-Loire, une équipe CMR a commencé à réfléchir, en 1996, sur les situations d’exclusion sociale en milieu rural : problèmes de logement, d’alimentation, d’éducation, de santé… En s’interrogeant sur les causes et sur les structures qui existent pour lutter contre cette exclusion, les membres de l’équipe ont voulu aller plus loin que la réflexion théorique et s’engager concrètement. Ils ont ressenti le besoin de sensibiliser leur environnement et de permettre à différents groupes qui agissent sur le terrain de se rencontrer. Comme la plupart des membres de l’équipe sont agriculteurs, l’idée de faire une action de solidarité dans le domaine de l’alimentation a été lancée. En prenant rendez-vous avec l’équipe des Restos du coeur, l’idée de cultiver une parcelle de blé pour faire du pain est acceptée : un premier partenariat était né !

Il a fallu organiser ce semis : à la fin de l’année 1997, c’était chose faite. Un agriculteur a accepté de prêter sa parcelle pour la saison, et le choix de Saint-Albain s’est fait pour sa proximité avec une aire de loisirs, afin d’organiser une journée festive au moment de la moisson. Trois coopératives d’approvisionnement ont fourni la semence, les engrais et les traitements : les agriculteurs de l’équipe étaient adhérents, ils n’ont pas eu de mal à convaincre les instances exécutives des coopératives. Le meunier d’Ormes, membre d’une équipe CMR de la Bresse, a transformé les 70 quintaux de blé en farine, bénévolement. Le syndicat des boulangers collaborait déjà avec les restos du coeur : une cinquantaine de boulangers de la Haute-Saône ont spontanément proposé de transformer cette farine en pains au cours de l’hiver, afin de fabriquer environ 15 000 pains qui ont été distribués dans toute la Saône-et-Loire pendant la durée d’ouverture des Restos du coeur.

En posant cet acte de sensibilisation et de participation pour faire reculer l’exclusion, l’équipe CMR a réussi à tisser un réseau de tous les acteurs qui ont accepté de donner du temps, des compétences ou des produits, pour que l’idée concrète arrive à son terme. Outre les pains concrètement produits, cet écheveau de solidarité a prouvé que beaucoup de gens étaient capables de solidarité lorsqu’ils sont sollicités.

La pluie a empêché la moisson de se faire à la date prévue (dimanche 2 août 1998), mais tous se sont retrouvés pour la fête de l’amitié : pour une fois, bénéficiaires et bénévoles partageaient un moment sur un pied d’égalité. Autour de ce symbole du blé et du pain, bénéficiaires des restos du coeur, bénévoles des restos et équipiers du CMR ont participé à une animation musicale, avec un groupe de musique latino américaine et un groupe de rock. Un jeu scénique a présenté la démarche du CMR : « Terre d’un hiver, champ d’un printemps, blé d’un été, un avenir ouvert comme un automne ».

Malgré une pluie battante, avec le soleil au coeur, l’après-midi s’est déroulée sous un hangar dans une surenchère de chants, de danses, laissant derrière eux un parfum de joie et d’émotion chez tous les participants.

A l’heure des bilans, l’équipe CMR est satisfaite de ces démarches qui ont duré plus d’un an : les partenariats engagés, la connaissance mutuelle entre Restos du coeur et CMR, la sensibilisation du public grâce à un grand panneau dans le champ de blé et les contacts pris avec la presse… Toutes les étapes ont pu être franchies pour que les pains soient distribués à ceux qui en avaient besoin.

L’équipe CMR a poursuivi cette action à la demande des bénéficiaires des restos qui étaient venus à la fête d’août 1998. Une suite festive a été donnée en juin 1999 pour les feux de la Saint-Jean. La pluie était de nouveau au rendez-vous et les feux ont été annulés… Qu’importe, tout le monde s’est replié dans un hangar et le repas froid a été servi dans la bonne humeur, agrémenté par une troupe de clowns qui a animé la soirée. Un groupe de rock a pris le relais pour poursuivre la fête tard dans la nuit.

Pour l’année 2000, les Restos du coeur ont mis en place « Les jardins du coeur » afin de fournir des légumes frais aux bénéficiaires. L’équipe CMR participe en faisant les piquets qui serviront à délimiter les jardins. Une fête est de nouveau en projet pour l’été 2000 et l’expérience a été imitée à Verdun-sur-Doubs où l’équipe CMR a créé une antenne des Restos du Coeur. Maintenant que des liens se sont tissés entre les équipiers du CMR et les bénévoles des restos du coeur, la dynamique est lancée.

Mots-clés

exclusion sociale, solidarité, alimentation


, France, Saône-et-Loire

dossier

Des ruraux inventent de nouvelles solidarités : initiatives locales de militants du CMR, Chrétiens dans le monde rural

Commentaire

Vivre une aventure concrète a été leur objectif. En fait, ils ne savaient pas trop où tout cela allait les mener. Alors une fois « l’affaire » lancée, il a fallu assurer. Et ils ont « assuré », entre eux, autour d’eux, avec d’autres qui ne les attendaient pas forcément. Aujourd’hui ce qu’ils ont semé germe bien au-delà de leur champ de blé. C’est fou ce qu’un grain de blé peut produire. Apparemment il n’a pas fini, puisque la réflexion se poursuit…

Source

Entretien ; Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

Texte issu d’un témoignage écrit de Françoise DUPARAY

CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) - 9 rue du Général Leclerc, 91230 Montgeron, FRANCE - Tél : 01 69 73 25 25 - France - cmr.cef.fr - cmr (@) cmr.asso.fr

contact plan du site mentions légales