español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La coopération entre scolaires du Bénin, de Haïti et de Suisse (Bénin)

Réalisations, échanges, durée du partenariat vues par un professeur Béninois

Appolinaire AHANZO, Christophe VADON

11 / 2001

Mr Apollinaire Ahanzo, professeur à Abomey (Bénin) explique ceci : " Au cours de ma formation en Allemagne, nos formateurs étaient préoccupés par la situation économique et sociale dans le Tiers Monde. Tout cela nous donnait déjà des réflexions et c’est à partir de là qu’une coopération scolaire est lancée au sein du lycée d’Abomey (Bénin) dès 1989. J’ai pris le volet " échanges scolaire ". Versoix (Suisse) est le 1er collège qui nous a envoyé des adresses que j’ai distribuées à des élèves. Ils ont été invités par M.Philippe Pérenne professeur au collège de Bouare à Genève. Quand le collège de Bouare a pris contact avec le groupe d’élèves envoyé au collège de Versona une amitié s’est établie entre Philippe Pérenne et moi. Nous avons commencé par échanger des lettres sur la vie scolaire en Suisse et au Bénin. Jusqu’à ce qu’il m’envoie l’adresse d’un 3e ami, François Damien directeur fondateur du collège de l’Etoile à Port au Prince en Haïti. Nous avons commencé par développer des idées d’amitié entre les jeunesses de nos 3 continents. Puis Philippe m’a écrit pour me dire d’organiser la rencontre entre les élèves de nos 3 collèges. A partir de là nous avons commencé à rêver d’un festival à Genève. Pour ce festival, c’est le collège de Bouare qui a cherché le financement.

J’ai expliqué à nos élèves les avantages du festival à savoir qu’il permettra aux jeunes participants d’être en contact direct avec d’autres jeunes suisses et haïtiens et de nouer des relations. Et que pour entretenir ces relations, il ne s’agit pas de demander aux jeunes suisses une montre, un ballon ou un jean. Il s’agit de découvrir un autre monde différent de leur monde, d’échanger des idées. Cela leur permet aussi de s’émanciper. Etant donné qu’il y a des informations qui circulent là bas et ici (par exemple, que les Africains sont des sauvages ou que les Européens sont racistes), cela leur permet de se rendre compte à travers les correspondances que certaines informations sont fausses. Cela donne donc l’envie de se déplacer physiquement pour aller dans ce monde inconnu. Ces échanges scolaires leur permettent d’avoir confiance en quelqu’un.

Ainsi en mai 1995, j’ai conduit moi-même un groupe de 5 élèves du lycée jusqu’à Genève. Nous avons participé à la fête qui a duré 3 semaines, une belle fête avec des jeux. Pendant notre séjour nous avons pu faire des échanges. A la fin de ce 1er festival scolaire de Genève on nous a annoncé qu’on avait fait un bénéfice de 3 millions de FCFA à partager entres les 3 collèges. Cela nous a permis d’investir, avec l’aide d’Education-Libération Suisse (ELS), dans l’achat d’une photocopieuse pour le collège de Koufon. ELS, dont le secrétaire général s’appelle Jean-Pierre Lagneau, est aussi à la base de cet échange scolaire parce qu’il avait accepté d’aider le lycée de Koufon. La construction d’un bâtiment de 2 salles de sciences est la 1ère réalisation de cette association. Cette construction comprend un laboratoire de biologie et un de physique chimie.

Dans le même temps dès 1992, nous avons coopéré avec l’association JATUR. Ce sont des jeunes vacanciers qui voulaient séjourner en Afrique. Nous avons commencé par les recevoir et ils ont passé leurs vacances à créer des infrastructures scolaires dans les écoles maternelles et élémentaires dès 1992. C’est eux qui ont apporté l’argent. Depuis ce temps, nous sommes devenus amis et avec JATUR nous avons construit plusieurs écoles avec mobiliers complets, dans notre région ainsi que dans la commune d’Ayou, en partenariat avec l’association des parents d’élèves d’Abomey. JATUR a également travaillé avec le lycée de Koufon et aménagé une grande salle transformée en bibliothèque. Ils ont construit également pour l’école maternelle d’Adanpodji une deuxième salle de classe. La première depuis la création de cette école il y a 14 ans ! Ils ont fabriqué 40 tables-bancs pour les 2 classes. En 2 ans, ils ont construit 6 salles de classe à l’école d’Alaga (commune d’Ayou), ils ont réalisé un terrain de sport, une bibliothèque et un magasin. Après cela, des jeunes Suisses sont venus aménager en 95 une grande salle de récréation.

A mon passage en 95 à Genève, j’ai fait le point avec JATUR et ELS nous avons discuté la possibilité de créer un atelier de soudure qui pourrait recruter 3 jeunes pour apprendre le métier. Nous avons clôturé le terrain et ensuite construit le bâtiment. Les jeunes recrutés recevaient au départ 8 000 FCFA par mois (80 FF). Ils se contentaient de ça parce qu’ils voulaient que ce soit l’association qui les installe. Au fil des mois on a supprimé les 8 000 F et ils doivent aller eux-mêmes chercher leurs marchés."

Mots-clés

jeune, école, éducation et changement culturel, échange de savoirs, dialogue interculturel


, Bénin, Abomey

Commentaire

M. AHANZO explique comment il s’est investi dans les échanges scolaires entre le Bénin, Haïti et la Suisse ; et raconte l’organisation et le déroulement d’un festival d’élèves des 3 pays à Genève. L’Association Education-Libération Suisse, avec laquelle il est désormais partenaire, et JATUR (qui organise des chantiers de jeunes du Nord, durant les vacances au Bénin), ont permis de moderniser plusieurs établissements scolaires

Notes

M. AHANZO est professeur de lettres, et depuis 1984, en poste de surveillant général chargé de l’ordre et de la discipline au lycée d’Abomey. Engagé dans le développement communautaire depuis 1981 il a lancé une coopération scolaire au sein de son lycée en 1989. Voir les fiches extraites de la même interview.

Entretien avec AHANZO, Appolinaire, à Abomey en 2002

Source

Entretien

VADON, Christophe ; GUERIN, Jérémie

GRAD (Groupe de Réalisations et d’Animations pour le Développement) - 228 rue du Manet, 74130 Bonneville, FRANCE - Tel 33(0)4 50 97 08 85 - Fax 33(0) 450 25 69 81 - France - www.grad-france.org - grad.fr (@) grad-france.org

contact plan du site mentions légales