español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La promotion des petites entreprises au Sahel

L’ Association pour la productivité (APP), Burkina Faso

Catherine CHAZE

02 / 1993

L’Association pour la productivité (APP) est une organisation non gouvernementale (ONG) burkinabé indépendante sous tutelle du ministère du Plan du Burkina Faso. Elle travaille dans trois provinces de la région orientale du pays, zone peu peuplée, isolée, qui est restée largement traditionnelle. Le climat y est difficile. L’agriculture s’est peu modernisée et produit essentiellement pour l’autoconsommation.

L’APP a pour objectifs, à travers des prêts et autres services :

- d’encourager le développement communautaire,

- de promouvoir des activités rémunératrices en zone rurale,

- de financer les activités du programme à partir des revenus dégagés par les prêts.

Les clients de l’APP sont des groupements villageois. Les prêts et autres services sont également fournis à des individus, mais toujours par le canal des groupes. Les groupes villageois peuvent également se diviser en sous-groupes (femmes, forgerons, commerçants…). Les crédits sont disponibles pour tout type d’activité rémunératrice. Ils ne peuvent être utilisés pour la consommation.

Les agents de terrain travaillent avec les membres des groupes pour analyser les projets des petites entreprises. Ces projets donnent lieu à un dossier de prêt, avec évaluation financière simple.

Les prêts sont toujours accordés selon un mécanisme de groupe. Le groupe doit provenir d’un village de la zone d’intervention de l’APP. Les activités financées doivent être sous une responsabilité clairement identifiée (qu’il s’agisse d’une personne ou d’un sous-groupe). Les bénéficiaires doivent apporter une contribution personnelle représentant au moins 30 % du financement total du projet qui fait l’objet de la demande de prêt.

Le dossier de prêt est présenté à une commission mensuelle d’attribution des prêts qui rassemble les agents de terrain de la région et le délégué régional. Un compte rendu détaillé est envoyé au siège.

Tout groupe villageois qui souhaite ouvrir un dossier de prêt doit payer une première somme de 1 000 FCFA (50 FCFA = 1 FF en 1993). Le taux d’intérêt est fixé à 15,5 % pour les activités commerciales et à 11 % pour les activités agricoles. L’ensemble est calculé tous les mois sur le solde à rembourser. La formation et le suivi sont facturés à raison de 2 % du montant du prêt.

L’APP n’exige pas de nantissement des biens matériels : sa meilleure garantie est la pression sociale exercée par le groupe. Tout groupe qui fait de mauvais remboursements est automatiquement éliminé des prêts futurs.

Tous les projets qui ont donné lieu à un prêt sont visités régulièrement, environ toutes les deux semaines. Les clients doivent remplir un livre de caisse qui est vérifié par l’agent. Ce dernier donne des conseils sur la gestion de l’entreprise. Les projets agricoles sont parfois suivis simultanément par les vulgarisateurs des services publics.

L’APP estime avoir un taux de remboursement de 80 %.

Mots-clés

caution mutuelle, ONG, crédit rural, organisation paysanne, caution solidaire, structure d’appui, méthodologie, épargne


, Burkina Faso

dossier

Microfinances pour le développement : diversité et enjeux des crédits alternatifs

Commentaire

L’APP est une organisation dotée d’une bonne structure. Elle est indépendante, elle appartient à la région. Le personnel de l’APP est compétent, conscient des problèmes à résoudre, aussi bien pour les services à fournir que pour la survie de l’organisation. Mais, si l’APP fait bien travailler son argent, elle en manque tout de même cruellement. Elle se bat pour devenir viable, mais son volume de crédits est beaucoup trop faible. Elle ne peut se procurer les revenus suffisants pour couvrir ses coûts de fonctionnement. L’APP conserve des objectifs encore trop sociaux. Elle devrait acquérir un fonctionnement financier plus commercial pour assurer sa viabilité.

Source

Rapport

MAC KENZIE, John, La promotion des petites entreprises au Sahel, OCDE, 1992 (France)

CIDR (Centre International de Développement et de Recherche) - 17 rue de l’Hermitage 60350 AUTRECHES - France - Tél. 33(0)3 44 42 71 40 - France - www.cidr.org - groupecidr (@) groupecidr.org

contact plan du site mentions légales