Chamada

a contribuições

Dossiês em preparação

2008 / 2009

- Povos indígenas - Atingir a sustentabilidade pelas filiais: da produção ao consumo

español   français   english   português

dph participa da coredem
pt.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para uma cidadania mundial

Gestion des déchets nucléaires : synthèse

09 / 2005

Nous résumons ci-dessous les principaux apports qui se dégagent des différents chapitres auxquels se rapportent les fiches du dossier.

Matières et risques

Les trois fiches de ce chapitre tentent d’expliciter les notions indispensables à la compréhension des questions concernant les matières nucléaires et les déchets : nature des rayonnements, durée de vie de la radioactivité, niveau de cette radioactivité. Ces notions permettent de dresser un premier tableau des principales catégories de déchets. On y trouve également une description des principales matières mises en jeu dans l’industrie nucléaire et leurs caractéristiques et un tableau qui montre la grande quantité et la diversité des matières en question. La dernière fiche de ce chapitre donne une idée résumée de la nature et de l’intensité des différents dangers potentiels des différentes matières présentes dans l’activité nucléaire : radioactivité, radio toxicité, réactivité, toxicité chimique. Un tableau simplifié permet de fournir des indications qualitatives sur les principaux dangers potentiels que présentent les matières nucléaires principales qu’on rencontre dans l’industrie nucléaire française.

Les trois fiches sont : Caractérisation des matières et déchets nucléaires, Principales matières mises en jeu, Principaux risques liés aux matières et déchets

Choix et indicateurs

La première fiche de ce chapitre est consacrée à l’analyse des conséquences du choix très particulier fait par la France de retraitement du combustible nucléaire usé et de son recyclage sous forme de MOX. On y met en cause le bilan très favorable qu’en présentent les promoteurs de cette stratégie, aussi bien en termes de bilan matières que de risques pour la santé et la prolifération. On insiste de surcroît sur les contradictions qu’implique la stratégie de gestion des déchets dits « ultimes » actuelle (la vitrification) avec toute perspective de transmutation des actinides et des produits de fission pourtant présentée comme la voie de l’avenir.

La seconde de ces fiches montre que la distinction opérée par l’administration et le lobby nucléaire entre matières valorisables et déchets nucléaires est très largement artificielle et dangereuse pour l’appréciation de la nature et de l’ampleur des problèmes de gestion des déchets et matières nucléaires. Cette distinction sémantique est largement infondée puisque les matières dites valorisables peuvent à tout instant se transformer en déchets au gré des fluctuations des politiques énergétiques et que le progrès technique revendiqué par les promoteurs même du nucléaire peut rendre valorisables des déchets jusque-là considérés comme « ultimes ». Elle permet surtout en fait de masquer une série de problèmes d’environnement, de santé et de sûreté majeurs, en concentrant la discussion sur les déchets ultimes qui ne représentent qu’un faible pourcentage des matières dangereuses à gérer dans les décennies qui viennent.

Les deux dernières fiches du chapitre (Quels principes pour la gestion des déchets à vie longue ?,Quels indicateurs pour les déchets à vie longue ?) tentent de définir les principes et les critères d’une gestion optimale des matières et des risques et proposent une batterie d’indicateurs, (proches des quantités physiques, principalement des masses des matières les plus significatives) qui permettent d’évaluer la pertinence et les problèmes des diverses stratégies de gestion.

Flux et stocks

La première fiche de ce chapitre explicite la nature et l’ampleur des flux de matières nucléaires dans les activités de l’industrie nucléaire. Elle met en relief le fait que les stocks de plutonium séparé et non utilisé, de MOX et d’UOX irradiés non retraités, non seulement ne diminuent pas mais augmentent chaque année. D’autre part l’activité de retraitement recyclage produit chaque année un volume de l’ordre de 550 m3 de déchets B (à moyenne activité et à vie longue).

La seconde fiche décrit les principales catégories de déchets de haute et moyenne activité déjà conditionnés et entreposés en attente d’une solution définitive : colis vitrifiés (d’actinides et de produits de fission) divers, et déchets produits à la Hague, coques et embouts, boues de traitement, déchets solides d’exploitation des usines de traitement et des centres du CEA. La dernière fiche montre l’importance et la diversité des matières et déchets non conditionnés en attente de stockage ou de traitement pour une valorisation éventuelle mais encore tout à fait théorique.

De 1991 à 2006

La première fiche de ce chapitre explicite l’objectif, le contenu de la loi dite Bataille sur la gestion des déchets et en montre les lacunes. La seconde en dresse un bilan critique qui montre à l’évidence qu’il ne peut être question de choisir dès 2006 une des trois voies envisagées et que des compléments importants de recherche doivent être impérativement engagés avant toute décision d’investissement dans une ou plusieurs des voies à l’étude. C’est tout particulièrement le cas des stockages souterrains dont l’étude est encore beaucoup trop embryonnaire pour autoriser des conclusions.

Et dans 100 ans

L’ensemble des fiches de ce chapitre permet, en se projetant dans l’avenir à travers des scénarios très diversifiés (aussi bien du point de vue des besoins d’électricité que des technologies nucléaires mises en Ĺ“uvre) de prendre conscience de l’éventail des choix possibles et de la diversité de leurs conséquences en termes de gestion des matières nucléaires dangereuses. Dans le contexte de scénarios contrastés de production d’électricité en 2050 (de 300 à 900 TWh) on envisage un arrêt du nucléaire à cet horizon ou son renouvellement jusqu’à un niveau élevé (600 TWh). Le croisement de ces scénarios contrastés d’appel au nucléaire avec des stratégies techniques également contrastées permet d’expliciter six scénarios :

  • Deux scénarios de poursuite de l’option nucléaire (renouvellement et accroissement du parc de réacteurs), soit dans une continuité technologique soit avec une rupture par introduction d’une nouvelle filière RNR (réacteurs à neutrons rapides) ; un scénario de maintien de l’option nucléaire (renouvellement partiel avec repli du parc) et la même rupture technologique que précédemment;

  • Trois scénarios de sortie de l’option nucléaire qui se distinguent sur la gestion du combustible : continuité de la gestion actuelle, introduction d’une rupture technologique, ou abandon de la stratégie de retraitement.

L’analyse des bilans matière à travers les indicateurs définis au chapitre « choix et indicateurs » met en évidence quelques points majeurs. En cas de poursuite du nucléaire dans la continuité fondée sur l’emploi d’EPR, le bilan des matières se dégrade extrêmement rapidement et conduit à des stocks de plutonium, de MOX irradié, de produits de fission et d’actinides mineurs considérables (un rapport de 7 à plus de 10 par rapport à la situation d’aujourd’hui selon les matières). Les scénarios où sont introduites des ruptures technologiques à partir de 2040 améliorent sensiblement la situation, revenant à une situation analogue en 2130 à celle que laisserait le parc actuel à sa fin de vie (2045). Mais cette stratégie suppose gagné le pari scientifique, économique et social de la mise en place de toute une industrie nouvelle, elle-même porteuse de nouveaux risques.

Toutes les options d’arrêt du parc à sa fin de vie laissent des situations moins préoccupantes. L’introduction de réacteurs dédiés à l’incinération du plutonium en fin de vie du parc, la plus audacieuse, permet de diviser la quantité finale de plutonium du parc d’un facteur 5 environ. C’est dire qu’on ne peut en aucun cas éviter d’introduire les différentes options d’arrêt du nucléaire à terme dans un débat sur la gestion des déchets de l’industrie nucléaire civile.

Il apparaît enfin clairement que la stratégie de séparation transmutation présentée par les tenants du nucléaire comme la voie royale repose sur des manipulations sémantiques, une exigence implicite de poursuite du nucléaire sur plus d’un siècle et sur des paris scientifiques industriels, économiques et sociaux majeurs.

Les fiches de ce chapitre sont : Stratégies de production d’électricité, Scénarios énergétiques et stratégies technologiques, Bilan des matières nucléaires des scénarios, Que nous apprennent les scénarios ?, Moindre mal ou fuite en avant ?

Éléments de réflexion

Les fiches rassemblées dans ce chapitre abordent les questions de gouvernance, les questions économiques et apportent un éclairage international. La fiche qui traite de gouvernance insiste sur le partage des connaissances indispensables, sur la nécessité de promotion d’une expertise plurielle et contradictoire, sur l’importance de la notion de réversibilité dans les choix décisionnels comme dans les choix techniques. La fiche économique montre l’ampleur des coûts anticipés, l’incertitude qui règne encore sur leur détermination précise et le peu de garanties qui existent sur les provisions constituées. L’éclairage international enfin permet de montrer que la plupart des nations qui ont recours au nucléaire ont choisi d’autres voies que celle présentée en France comme la seule possible.

Global Chance - 17 ter rue du Val, 92190 Meudon, FRANCE - Franca - www.global-chance.org - global-chance (@) wanadoo.fr

contacto mapa do site menções legais